Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de vie, et de vies...

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

Un couple ordinaire

com

Les années 60. Carole vient d'avoir 20 ans, c'est une fille fraîche, active, pas stupide, tendre, sympathique, bosseuse,  physique de brindille façon Twiggy. Philippe a 5 ans de plus, il est beau gosse, il le sait, Philippe a une haute estime de lui-même, c'est un homme-un-vrai, il jette son dévolu sur Carole, elle succombe. Carole aime Philippe, Philippe aime Carole, l'histoire  commence.

Près de 40 ans plus tard, rien ne les distingue d'un couple ordinaire. Deux enfants (et demi), trois petits-enfants (et demi). Bientôt un quatrième. Bien sûr, tout le monde sait que Philippe est difficile, coléreux, mais Carole l'aime, c'est évident. Et Philippe, parfois, à l'occasion d'une grande occasion, se fend d'une déclaration sur l'estime, le respect qu'il porte à sa femme. Un couple modèle, en somme. Un couple pour magazines, rubrique "le secret des couples qui durent"!

Sauf que Philippe n'aime pas Carole, il la dévore.

Vu de l'extérieur, quasiment rien ne se voit, à moins d'être un observateur très attentif. En apparence, Carole est une femme autonome, volontaire, indépendante.  En réalité, elle ne prend aucune décision. Jamais. C'est Philippe qui décide de tout, tout le temps. Il sait mieux qu'elle ce qui est bon pour elle. Il la contrôle. C'est lui qui a le dessus, toujours, partout. Philippe décide, de l'humeur de la journée, fonction de la sienne ; des menus pour deux, des amis qu'il faut fréquenter, des films à voir, des vacances, des déménagements, des activités.  Il la réveille quand il ne dort pas, décourage toute velléité de projet personnel, depuis toujours, à petits coups, en douce, de  petites moqueries vachardes en petites phrases dédaigneuses, mine de rien... Juste des petites choses déplaisantes,  qui n'ont l'air de rien, prises une à une. Il faut les mettre bout à bout pour entrevoir une forme de violence sournoise, d'autant plus insidieuse qu'elle se  cache sous des protestations d'amour.

Quand même, c'est pour elle, avec elle qu'il fait tout ça! Est-ce qu'elle se rend compte de la chance qu'elle a? Elle est une privilégiée, Carole! Elle connaît Philippe, qui l'a épousée, elle entre toutes, se rend-elle compte? Il lui consacre tous ses jours et toutes ses nuits (déclaration on ne peut plus mensongère vu que Philippe exerce un métier qui l'amène à s'absenter des semaines, voire des mois durant, pendant lesquels Carole court partout avec ses deux mômes qu'elle élève toute seule, mais ce n'est pas fatigant, ça, allons, juste une vie de femme, et puis ça plait à Philippe, alors...)

Un couple ordinaire, fait d'une femme mortellement dévouée et pleine d'ennui, d'un mari hypocrite et égoïste qui se comporte avec elle comme un négrier. Et Carole, déconstruite, anesthésiée à force de s'oublier, disqualifiée d'office en tant qu'individu libre et pensant, subit, sous emprise, avale du Prozac et se répète qu'elle a tout pour être heureuse, puisque c'est Philippe qui le dit.

C'est une entreprise de démolition industrielle. C'est terrifiant. En même temps, c'est agaçant comme les noix sur la langue. On se demande: comment a-t-elle pu en arriver là? Perdre ainsi tout discernement? Ne pas s'apercevoir qu'il ne la respecte pas? On est à deux doigts de se dire qu'après tout, elle doit y trouver son compte... A deux doigts de tomber dans le piège, nous aussi... D'oublier que si on y regarde d'un peu plus près, on voit bien qu'ils ne sont heureux, ni l'un, ni l'autre, et encore moins l'un avec l'autre, mais aucun des deux ne saurait se passer de l'autre, à moins d'y être contraint... 

Aujourd'hui Carole a 70 ans, des allures de matrone bourgeoise sortie d'un dessin de Jacques Faizant, la moue revêche, arc-boutée sur son guêpier autant que sur ses illusions perdues. Entre Prozac et Lexomil...

J'avoue, je ne sais que penser de Carole... Carole qui, vue de l'extérieur, avait tout pour être heureuse, et s'est finalement beaucoup plainte de ne pas l'être, en douce, à petits coups, à petites phrases qui voulaient dire sans vraiment le dire, l'air de rien... Il suffisait d'être un observateur attentif...

 

 

Un couple ordinaire
Print
Repost

Commenter cet article

Lilas 16/04/2017 12:22

C'est de là que te vient toute cette colère contre les manipulateurs?

La Baladine 16/04/2017 14:53

J'ai vu plusieurs cas ... Ce couple-là n'en est qu'un parmi d'autres, mais il a ceci de particulier qu'il n'y a jamais eu de remise en question par la manipulée. Juste des plaintes récurrentes, qu'elle nie aujourd'hui d'ailleurs.

Célestine 05/02/2017 18:58

Ah oui, je vois tout à fait...c'est ainsi que cela doit se passer dans la plupart des couples patriarcaux, arc-boutés sur la figure du pater familias tout-puissant...
De toutes façons, la place de la femme dans les religions monothéistes n'est vraiment pas à envier...
Extrêmement bien analysé, ton billet... ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

La Baladine 05/02/2017 21:35

Et merci d'avoir suivi la piste!
Bises libres!

La Baladine 05/02/2017 21:30

Ceux-ci ne sont même pas assujettis à la religion. De la part de Philippe (qui ne s'appelle pas ainsi dans la vraie vie) c'est de la manipulation pure; et ça ne le rend même pas heureux...
Mais c'est vrai qu'elle aide encore trop souvent à asservir les femmes, avec leur accord, en plus!

mansfield 12/09/2016 11:24

Exemple classique de narcissisme masculin et de servitude féminine. Quand ne pas voir arrange, quand la volonté ne veut plus rien dire... Sauve qui peut, la vie!

La Baladine 12/09/2016 14:03

Oui... Banal et désolant...

Jo Ridee rieuse 03/09/2016 09:16

En parlant de couple, nous avons 33 ans de mariage aujourd'hui. Point de Prozac, pas d'illusions perdues, plein de projets.
Cette description, c est la Desperate Housewife, si bien decrite dans les series et films américains.

La Baladine 03/09/2016 11:08

Heureusement que tous les couples ne ressemblent pas à celui-là! Reste que Carole et Philippe, qui ne s'appellent pas ainsi dans la vraie vie, je les connais, ils ont l'âge d'être nos parents... Et je reste partagée entre perplexité, frousse et sentiment de gâchis... Elles sont innombrables, les femmes piégées dans leur couple, à en croire Jean-Claude Kaufmann, d'ailleurs...