Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de vie, et de vies...

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

Grossir, ne pas grossir...

com

"Dis donc, toi, tu n'as pas grossi... Tu manges, au moins?"

Toute fille filiforme s'est un jour trouvée confrontée à cette question. A fortiori quand elle est devenue femme, et qu'ayant manifestement franchi le cap fatidique de la ménopause, elle s'obstine à trimballer une silhouette plus évocatrice d'Audrey Hepburn que de Marilyn Monroe.

Variantes santé: "tu ne sautes pas de repas?", "ce serait bien que tu grossisses un peu", "tu as l'air fatiguée", "tu devrais faire du sport" (euh... du sport j'en fais, depuis toujours) etc.

Variantes allure : " tu fais petite chose", "on te souffle dessus il ne reste plus que les chaussures", "une vraie femme a des formes" et son corollaire "les hommes préfèrent les femmes qui ont des formes",  (m'en fous, le Paladin m'aime pour ce que je suis, et toute entière, na!)...

Variantes envie : "tu as de la chance, tu peux manger ce que tu veux sans prendre un gramme", ou encore "tu n'as même pas besoin de faire de l'exercice pour être mince"...

Variantes psy de bazar: "tu n'es pas gourmande"...  (sous-titre, tu n'aimes pas manger, tu passes ton temps à te surveiller, tu n'es pas sensuelle, en raccourci tu es psycho-rigide...) 

Si, si, j'ai entendu tout ça.

Je sais, ce n'est pas forcément méchant. Encore que... 

Quoiqu'il en soit, c'est souvent dévalorisant, parfois culpabilisateur, et toujours désagréable...

Alors, une fois pour toutes: être mince, voire très mince, voire maigre, n'est pas forcément un choix. Etre ronde non plus, je présume. Je fus un bébé normalement potelé, puis une petite fille maigrichonne, puis une adolescente avec quelques rondeurs, puis une adulte mince. Voire très. C'est comme ça, je ne me suis pas faite toute seule, et n'ai aucun moyen de me refaire. Et pas vraiment envie. J'aime mon corps, aussi imparfait soit-il. Je n'ai que lui, et n'en aurai jamais d'autre, du moins dans cette vie. Avoir n'est d'ailleurs sans doute pas le bon terme. Mon corps ET moi, ça n'a pas de sens. Mon corps, C'EST moi, voilà la vérité. Je l'aime, je l'habite, je le respecte. Qu'il soit fin ou pas n'a rien à y voir. Il est comme il est, et c'est moi qui vis dedans. Quand on critique mon corps, mon poids, on me critique moi, et mon (supposé) mode de vie. C'est extrêmement désobligeant, et parfaitement injuste.

Je mange. J'aime ça. Mais si j'aime manger, je n'aime pas bâfrer. J'aime le plaisir, pas le payer. 

Deux beautés... Au nom de quoi faudrait-il les opposer?Deux beautés... Au nom de quoi faudrait-il les opposer?

Deux beautés... Au nom de quoi faudrait-il les opposer?

Mon corps, c'est vrai, je le soigne, je le bichonne, le crème, le garde doux et parfumé. Et je bouge, parce que mon corps est articulé, et que je crains la rouille. Je bouge je marche je cours je me plie je m'étire je danse, je me fais du bien, je me fais plaisir.

Parce que, je suis désolée de vous le dire, mais la sensualité, ce n'est pas se goinfrer à chaque repas et se désoler devant chaque kilo qui s'accumule, ce n'est pas rester vissée sur sa chaise et gémir sur ses bras mous, son profil ventru et ses fesses en berne... 

Alors oui, je mange comme je l'ai toujours fait, sans excès mais sans culpabilité, avec un plaisir inouï, surtout quand je peux manger avec les doigts, parce que les doigts, c'est beaucoup plus voluptueux. Et je bois, du thé, du vin, de l'eau, de la bière, du café, avec ou sans sucre, c'est  selon l'humeur, un cocktail à l'occasion, et du chocolat tout fumant quand il fait bien  froid.  C'est dit.

Moyennant quoi je me sens bien dans ce corps-là. 

Alors, fluette comme Audrey, charnue comme Marilyn? Franchement, quelle importance?

Si on cessait d'essayer de faire entrer les femmes dans un moule, une bonne fois pour toutes? Il y a des brindilles et des pulpeuses, des maigres et des plantureuses, des minces et des rondes. Et toutes peuvent être belles, à condition qu'on les laisse s'épanouir telles qu'elles sont, vraiment. Une femme épanouie dégage de la beauté, du charme,  et une sorte de puissance, qui naît de la confiance qu'elle possède en elle-même. Rien à voir avec sa morphologie.

Il faut s'affranchir du regard d'autrui. Des jugements extérieurs. Et des modèles. La beauté est multiple, diversifiée, et propre à chacune, à chacun. 

Soyez vous-même, faites-vous plaisir,  soyez belles, beaux, soyez libres!

 

  

 

 

 

 

Print
Repost

Commenter cet article

le-gout-des-autres 09/08/2017 15:18

"Si on cessait d'essayer de faire entrer les femmes dans un moule, une bonne fois pour toutes? "
Tu sais, c'est la même chose pour les hommes, ce n'est pas une question de moule, c'est juste que quand on regarde quelqu'un il y a des comparaisons immédiates qui viennent à l'esprit.
Si chacun commence à se dire quand il croise un "sandwich de chômeur du tiers monde" que "il ne faut pas penser ça c'est pas beau" on va devoir bientôt arrêter les histoires.
Parce qu'il ne faut pas oublier que la mère de l'humour, c'est la causticité et que nous sommes tous (même toi) ainsi faits.
Et tu sais aussi bien que moi que ça n'empêche pas d'avoir de l'intérêt pour les autres, que le genre humain est une source inépuisable de surprises et d'affection malgré tout...

La Baladine 11/08/2017 09:49

Moui... Sur le plan de l'apparence, tu ne m'ôteras pas de l'idée que l'indulgence générale prévaut pour les hommes. Et l'humour est bien souvent absent des réflexions que les femmes se prennent continuellement.

mansfield 12/09/2016 11:19

Pétillant, convaincant, léger et optimiste, tout ce qu'il me fallait pour rentrer!

La Baladine 12/09/2016 13:58

Merci! Et bonne rentrée! J'ai hâte de vous lire!

lionel 10/09/2016 14:39

Pourquoi tu as attendu aussi longtemps pour nous faire partager ces jolis moments. Ces beaux mots sonnent comme une belle petite musique de nuit pimentée ....

La Baladine 10/09/2016 15:16

Hum... parce que... Merci, c'est toujours aussi bon de te voir ici aussi ;)