Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de vie, et de vies...

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

Epouse d'avant (suite...et fin)

com

Autant le dire tout de suite, ceux qui s'attendent à une fable morale risquent fort d'être déçus. On le sait, Brigitte, petite bourgeoise coriace, est futile, vénale, nombriliste, incapable de pondre une idée originale, mais experte à reprendre celles des autres à son compte. 

Dans un monde idéal, ou dans un scénario hollywoodien, l'intrigante gourgandine se prendrait avant la fin de ce billet un monumental râteau de vie et s'en irait croupir seule, abandonnée de tous. 

Mais on est dans la vraie vie, qui n'est pas un drageoir à bons sentiments. Et Brigitte est, sans doute à son insu (ne lui prêtons pas tous les vices), habitée par un fantasme de toute-puissance maternelle. Dès lors, elle va s'employer à anéantir le père de son premier né. Rétention de courrier, blocage au téléphone, absence d'information sur les vacances, l'école, les fêtes, etc. Tout lui est bon. Inconséquence des êtres, elle s'en décharge allègrement comme d'un fardeau dès qu'il atteint 38 de fièvre, et c'est Zélie qui doit s'y coller...

Zélie fait preuve de bonne volonté. Après tout, cette grenouille maigrichonne qui ne ressemble absolument pas à son papa (l'entourage ne se prive de le lui faire remarquer), elle n'a rien contre lui. Il l'attendrirait plutôt, et bon an mal an , ça ne passe pas trop mal entre eux.

Mais la manipulation maternelle fait son travail de sape. Chosifié par Brigitte, la petite grenouille se fait inconsciemment complice, au fil des mois, des ans, de la destruction de son père. Le vieux mari-papa-gâteaugâteux, plutôt bienveillant, essaie de limiter la casse, au début. Il va vite baisser les bras. Cigare et scotch sont des compagnons plus gracieux qu'une Lolita muée en Cruella...

 

 

 

 

Epouse d'avant (suite...et fin)

 

Zélie va longtemps essayer de comprendre. Sans jamais y parvenir. Elle sait que le fils ainsi manipulé n'a pas fini de le payer. Qu'un enfant a toujours deux racines. Que si on en coupe une, il y a déséquilibre.  Pierre souffrait du même mal, quand elle l'a connu. C'est elle qui lui a redonné vie. C'est peut-être ce qui cloche, justement. Que Pierre soit, avec Zélie, devenu meilleur... Brigitte hait Zélie,  mais Zélie s'en fout. Elle n'y peut rien. Et puis, elle n'est pas "sainte Zélie de Pierre", non plus!

Pierre s'incline devant la furie, refusant toute instrumentalisation. Peut-être, un jour, l'enfant devenu grand... Il est bon d'espérer.

Brigitte est-elle heureuse? Il est permis d'en douter, au vu de sa facilité à glapir sa rage à Pierre, récemment, sur les réseaux sociaux, ignorant que peu lui importe, à lui! Il y a beau temps qu'il a fermé ce livre-là.

Zélie se dit que Brigitte, au fond, n'aime qu'elle-même. L'amour, celui qui se donne, se partage, c'est comme si elle n'avait pas reçu les codes. Les autres ne sont jamais que des objets au service de ses seuls intérêts. Est-ce que ça rend heureux?

Le fils est devenu un être tourmenté, empâté, colérique, et menteur compulsif.

Je vous l'avais dit, il n'y a pas de morale à cette histoire. 

Print
Repost

Commenter cet article

le-gout-des-autres 09/10/2016 17:42

nan mais quelle s... !
T'aurais pas une ennemie qui s'appelle Brigitte, des fois ?
Bref, encore une des nombreuses histoires qui montrent à l'envi que "le crime ne paie pas" et "bien mal acquis ne profite jamais" sont des carabistouilles pour éviter que les pauvres se mettent à faire comme les nantis.

Ah la la...
Vivement le Grand Soir qu'on se couche...

La Baladine 04/03/2017 17:18

Bah! Brigitte est juste une chipie pince-sans-coeur ordinaire.

mansfield 08/10/2016 12:25

Une vie ordinaire et une destruction banale, la vie donne rarement l'occasion de prendre sa revanche! Peut-être que la résilience est encore possible!

La Baladine 11/10/2016 15:56

Pour le fils de Pierre, oui... Y croire...