Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de vie, et de vies...

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

Le petit jardin

com
Le petit jardin

Un juillet de soleil égal et chaud, un mois d'août de pluie bleue et d'orages crépitants, entrecoupé de brèves et pesantes touffeurs. Septembre, qui signe la fin de l'été, prend, tout en tendresse, des allures d'automne.  

Déjà, le jardin s'adoucit, la lumière s'embue. Il est un peu petit, ce jardin, tout de guingois, pas très joli, mais il offre son meilleur, une verdure mouillée, odorante, la visite inopinée d'un pic-vert chasseur de fourmis, le rosier renouvelé, une douceur, une ferveur précieuse, quelque chose d'impalpable, et déjà perdu.

La vapeur nacrée qui le voile au petit matin, le miracle sans cesse renouvelé du soir, cette heure douce où le vent tombe, où la mer s'apaise, quand les nuages sont lents, quand il fait tiède, ouaté sous un ciel gris perle; ces quelques semaines, divinement belles, où la conscience de tout ce qui va disparaître, et qu'on ne voudrait jamais perdre, vous étreint.

Ailleurs, dans un petit paradis de France cerné par les eaux, c'est la désolation après l'enfer d'un ouragan bien mal nommé Irma, une Irma qui a oublié d'être douce. A tout moment, la beauté du monde, la paix,  tout ce qui nous a été donné peut nous être enlevé.

Le petit jardin, au seuil de l'automne, vit avec ferveur la fin de l'été. Un moment de privilège.

Print
Repost

Commenter cet article

Binh An 24/09/2017 09:27

Ah, un petit jardin, le vent, la mer, les nuages, le rosier, les fourmis, la visite du pic-vert! Que je n'ai pas tout cela !

les Caphys 23/09/2017 12:07

ici soleil et marées de 100. Ca nous sort de notre ex grisaille parisienne quasi permanente

La Baladine 23/09/2017 14:01

Petits veinards!

marine D 20/09/2017 08:23

Oui, à tout moment la beauté peut s'évanouir et l'horreur nous sauter au visage, la vie est cruelle...
On nous promet des journées ensoleillées, on en a besoin...

La Baladine 23/09/2017 14:01

Le soleil est là, la douceur avec lui; profitons...

Gwen 18/09/2017 14:14

Et ce n'est pas fini hélas ! puisque Maria se prépare à faire ce qu'Irma avait évité dans ces îles si belles...
Nous croisons les doigts

La Baladine 23/09/2017 14:00

Tu as bien fait d'invoquer la chance, le pire n'est pas arrivé ;-)

alezandro 17/09/2017 17:18

Un jardin c'est l'inlassable occasion de découvrir les richesses sans fin d'une nature qui ne sera jamais domptée! C'est là un beau texte construit de sensations de joie et d'apaisement!

La Baladine 23/09/2017 13:58

Joie, oui, surtout!

Betty...Harmony 16/09/2017 19:22

La plénitude a sa place , un jardin quelle merveille !! Je n'en ai pas mais j'ai accès à un lac que je trouve l'endroit le plus merveilleux du Monde , la beauté du Monde y est présente à chaque pas ,j'aime chaque année ce retour à l'Automne , je m'y sens bien , c'est peut être que c'est la saison de ma naissance ....Quelques Mots de nostalgie sereine et mélancolie joyeuse , voilà ton jardin ....Soyez y heureux toujours ...Je t'embrasse Baladine ...

La Baladine 23/09/2017 13:57

Un lac, c'est mieux que bien!
Bises à toi, jolie Betty

Binh An 16/09/2017 10:40

Quelle privilège! D'avoir un petit jardin, pas loin de la mer. Pour l'apprécier et écrire ce matin un billet si doux!
Merci pour la partage.

La Baladine 16/09/2017 17:08

Ravie de te revoir, An, je te croyais disparu, ainsi que ton blog! Coïncidence heureuse, tu ramènes aujourd'hui le soleil dans le petit jardin! :-))

Visiteuse 14/09/2017 17:34

Bon d’Accord, c’est visiteuse ! Faut dire aussi qu’Eve collait si bien à sa réponse 1er degré.
Eve en connaît un rayon question Nature et nature masculine, en plus la saison des pommes arrive.
Il y a donc là une double concordance des temps trouve-je…

La Baladine 14/09/2017 19:09

:-D Excellent!

Jo Ridee Rieuse 12/09/2017 14:56

Nos filles et moi, nous sommes nées au printemps, en mars plus précisément. Nos gâteaux d'anniversaire ont des couleurs blanches et roses, un peu comme les premières fleurs.
Mon mari et notre petite fille sont nés le 14 octobre, au début de l'automne. Les gâteaux prennent d'autres couleurs, du vert, du chocolat, des couleurs de forêts. Une petite fille doit pointer son nez. Notre fille a dit - Ce sera aussi un bébé de l'automne. Reste cachée jusqu'au 21, jolie demoiselle, pour exaucer les voeux de ta maman !
Printemps et Automne sont des transitions, calmes ou colériques, venteuses et pluvieuses, on n'y peut rien.

La Baladine 12/09/2017 21:51

C'est joli, cette correspondance naissance/saison! Je suis une fille de l'été côté calendrier, et pourtant fille des brumes côté géographique... C'est peut-être pour ça que j'aime tant l'automne. Tout se rejoint :-)

Visiteuse 11/09/2017 17:50

Petit jardin, petit jardin c’est le sous-estimer !
Il suffit de se retourner un instant ou bien d’aller se coucher pour que déjà tout à l’heure les choses naturelles aient bougé et surtout grandi.
Voyez par vous-même :
http://chrismorinphoto.com/index.html

La Baladine 12/09/2017 21:48

Merci pour le lien, et le voyage en avenir si poétiquement végétalisé :-)

Carole 11/09/2017 01:01

Tant de jardins en ce monde, certains sont des Eden et d'autres des enfers. Mais en tous nous finissons par trouver malgré tout quelque chose à cultiver. Saint-Martin revivra, si on y plante quelques graines d'espoir.

La Baladine 12/09/2017 21:45

@ Eve (visiteuse?) je ne peux répondre à la place de Carole, mais je ne suis pas si sûre que son message était à prendre au premier degré... :-)

La Baladine 12/09/2017 21:44

@ Carole, oui, cultivons notre jardin. Nul doute que les Saint-Martinois replanterons. La vie avant tout, malgré tout.

Eve 12/09/2017 18:11

@Carole,
En fait il ne faut pas confondre.
Les jardins ne sont pas la Nature, mais des lieux végétalisés, civilisés ou culturels.

On aura beau personnifier la Nature comme les premiers hommes de la terre l’ont fait pour positiver leur angoisse face à sa force de destruction, elle restera toujours ce qu’elle est : un univers de violence.

Le paradis perdu, l’Eden, la nostalgie d'un temps où l'homme était en harmonie avec la nature n’est que mythe et poésie.

Maintenant, je reconnais que mythe et poésie sont indispensables pour percevoir aussi la beauté de notre monde et pour ce motif seul, se persuader qu’il ne peut pas être au fond totalement mauvais (comme l’humain en somme)…

Xoulec 10/09/2017 21:55

C'est un jardin extraordinaire que tu as là...Oups,c'est un billet extraordinaire que tu as là!J'aime la lumière caractéristique de l'automne,différente aussi suivant la région,J'aime aussi ton texte qui en est tout imprégné.Enluminé est le mot juste.
Un jardin où semble flotter une sorte de nostalgie indéfinissable,un petit jardin tout de guingois,pas très joli,mais qui fait prendre conscience de la beauté, de la fragilité de la nature qui en s'apaisant ici est en furie ailleurs.
Le mien de jardin est comme un "pote âgé",un fois qu'il a donné le meilleur de lui-même,il va jouir d'un repos bien mérité.J'aime l'idée de laisser la terre se reposer,c'est une forme de respect que j'ai appris de mes parents,cultivateurs.

La Baladine 11/09/2017 17:13

Ah! Mon jardin n'a ni canards qui parlent anglais, ni statues, ni légumes, mais il m'a offert un boisseau de framboises...
En bon pote, même pas âgé ;-)

les Caphys 10/09/2017 14:40

j'aime cette idée de "miracle" et d'apaisement bien que je ne croie aucunement en une quelconque divinité

La Baladine 10/09/2017 16:27

Un "miracle" tout ce qu'il y a de naturel... J'aurais tout aussi bien pu dire "merveille", ou "prodige" ;-)

bizak 09/09/2017 11:15

Prendre soin de notre bonheur quand il était présent ! car comment cela pourrait-il en être autrement si nous savons que chaque chose est éphémère même si elle se renouvelle, certes. La beauté d’un jardin, le gazouillement de la pluie qui claquette sur le toit de la maison, les oiseaux qui sourient à tout bout de champ, les nuages qui volettent heureux, car ils inspirent les poètes et d’autres pépites d’or qui scintillent partout pour celui ou celle qui sait les voir, sont le miracle de la vie que nous côtoyons chaque jour, chaque instant. Parfois et souvent de nos jours, la nature prend ses distances avec les hommes, se montre en colère, elle ne se limite plus à soulever ses tempêtes dans ses saisons privilégiées, mais comme si elle perd son contrôle, elle ne se retient plus de chialer, elle devient incontinente tellement elle est agressée de toute part. Est-ce vraiment un cri de colère qu’elle lance ou un appel à l’aide ? A l’image de cet arrogant ouragan, qui était d’une violence extrême, soyons indulgents et rappelons-nous que la nature est belle quand nous la respectons et la choyons. Merci La Baladine, pour ce petit jardin plein d’enchantement.
Bisous La Baladine.

La Baladine 10/09/2017 16:25

S'interroger, se remettre en question, changer ses habitudes, déranger un peu de son quotidien, à condition de voir un peu plus loin que le bout de son petit confort...
Bises mon Bizak

Balaline 09/09/2017 08:40

Comme il fait doux ici, dans la brume du matin, les premières rousseurs et l'odeur des vendanges ! Le jour décline vite, la vie s'étiole un peu mais on reste dans l'espérance, le retour pour l'après, on va dormir un peu et puis se réveiller à l'aube d'un jour beau .
Ton jardin de guingois embaume de beaux messages.

La Baladine 10/09/2017 16:20

Tes commentaires sont toujours doux et profonds. Un vrai cadeau. :-)

marine D 09/09/2017 06:57

Les jardins sentent l'automne, la rosée et les roses revivifiées par la pluie, un moment unique avant les froids...
Ailleurs le vent a montré sa force de destruction, et là nous en restons pétrifiés d'horreur...
Merci pour ce beau texte la Baladine

La Baladine 10/09/2017 16:17

Oui, ici la nature est clémente, là-bas elle est impitoyable. A l'image de la vie.
Merci pour tes jolis mots.

julie 08/09/2017 13:21

Irma la (pas) douce.... chapeau La Baladine :)
Touchant texte, comme toujours chez toi, merci de le partager, ainsi que ton jardin !
Bonne fin de semaine.

La Baladine 10/09/2017 16:15

Il faut bien avouer que les prénoms choisis collent assez mal à la violence des éléments ;-)
Les textes sont faits pour être lus, et je ne peux que te remercier humblement, ainsi que tous mes lecteurs, d'ainsi leur donner vie.
:-)

alainx 08/09/2017 10:12

Ton texte, à la beauté pénétrante, m'émeut intensément, par la profondeur de son message.
Peut-être par ce que j'ai touché à cet endroit si sensible de la conscience que tout nous sera un jour enlevé. À cause de cela, l'acuité de présence au jour qui est là, est comme un impératif, une nécessité vitale.
La nature est aussi belle dans ton jardin qui offre son meilleur, qu'elle ne se montre dévastatrice là-bas. Comme notre cœur beau, bon, et pur, peut-être dévasté en un instant.

La Baladine 08/09/2017 13:02

Je crois que j'ai toujours préféré l'automne. Ce sentiment d'urgence, peut-être dû à la lumière qui change, au soir qui tombe plus vite, plus tôt. Le printemps c'est facile, c'est léger, on peut gaspiller les heures, il y a la promesse de l'été. L'automne nous ramène à notre fragilité, à l'éphémère de la vie....
Merci pour l'intensité de ta lecture.

heure-bleue 08/09/2017 10:10

Ton jardin, un endroit précieux, pour lire, prendre des forces et entendre le rire des enfants.

La Baladine 08/09/2017 12:49

En ce moment on entend surtout la pluie, et le silence. Que j'aime ça, le silence!

Pascal 08/09/2017 10:04

Pour qui sait voir
il y a autant de beauté au fond de son jardin
que dans une île lointaine

Et cela est meilleur pour notre bilan carbone ;-)

La Baladine 08/09/2017 12:47

C'est clair...

Lilas 08/09/2017 09:18

Devoir de Lakevio ou caresse d'automne?

La Baladine 08/09/2017 12:46

Je suis allergique aux devoirs, d'où qu'ils viennent. J'ai tenté de prendre le pic-vert en photo, sans succès. Cette petie bête est farouche et mon appareil n'a pas un zoom assez puissant...
La caresse de l'automne qui s'annonce, là je dis oui...

le-gout-des-autres 08/09/2017 07:53

Comment ça, "pas très joli" ?
"Tout de guingois" en revanche, j'aime.
Je n'aime pas la nature trop bien rangée.
Tu n'as plus qu'à transformer ton jardin "pas très joli tout de guingois" en "jardin de curé".
Un charmant bordel plein de fleurs magnifiques et mal rangées.
Un vrai jardin qui fabrique du printemps en automne.
Un vrai jardin qui prouve que les quatre saisons sont belles.

le-gout-des-autres 09/09/2017 08:33

J'avais oublié le clebs !

La Baladine 08/09/2017 12:44

Tu oublies que j'ai un chien, qu'à posteriori, j'aurai dû appeler Attila.

Célestine 08/09/2017 00:10

Ton jardin m'est un bien joli havre de douceur où je me réfugie volontiers dans le creux de tes mots si beaux à le décrire.
Comme toujours la consolation nous vient de petites choses qui semblent sans importance, et pourtant si vraies, que leur magie nous touche comme une aile. Celle d'un ange est passé sur ton coin de paradis.
Bisous belle blonde
¸¸.•*¨*• ☆

La Baladine 08/09/2017 12:40

C'est souvent un petit rien, une fleur dans le vent, un parfum, un oiseau, un trait de soleil, le bruit de la pluie, le sourire d'un passant, qui nous ramène à l'essentiel, la joie de vivre...
Bises ma rousse

Dédé 07/09/2017 20:40

La justice n'existe pas dans ce bas-monde, même face aux éléments déchaînés Ce sont bien souvent les populations les plus pauvres qui paient un plus lourd tributs aux tourmentes du climat. Alors nous devrions être contents de nos petits espaces verts, même de guingois et saisir cette nature qui nous offre tant de belles choses. L'arrivée de septembre, que tu décris si bien, laisse la place à un automne encore un peu timide mais qui sûrement va s'imposer, dans les semaines à venir. Il sera temps pour nous de nous emmitoufler et nous serrer les uns contre les autres pour affronter les premiers frimas.
Belle soirée.

La Baladine 08/09/2017 12:36

Plus précoce que timide, ici, l'automne. Je te rejoins, point de justice, pas plus dans le monde de la nature que celui des hommes. Mais beaucoup d'hommes essaient. Parfois mal. Ils se trompent, aussi. Mais on essaie.
:-)