Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Histoires de vie, et de vies...

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

Le choix des mots

com
Le choix  des mots

Ce n'est pas un travail, même si c'est du boulot. C'est une relation singulière, personnelle, intime, avec des pensées, des rêves, des émotions, des idées, des convictions, des blessures, des silences, des cris. Avec des mots. Ça vient de profond, du plus loin de l'âme, c'est essentiel comme le désir. Car c'est bien par lui que tout commence. C'est du désir qui rôde autour de ma table quand je m'y assois; le désir de vous dire, simultanément et individuellement, les yeux dans les yeux.

Mais que dire, et comment? Une chose certaine: pas question de vous dire n'importe quoi, n'importe comment; de se contenter de l'écume des choses, d'aller vite, comme on consomme, comme on zappe.  Ne pas bâcler, ne pas torchonner. S'appliquer, essayer de faire en sorte que le désir devienne réciproque, aller au bout des mots, ne pas les laisser se diluer, perdre vie. Pas dans l'intention de plaire, mais pour parler vrai. Vous rencontrer véritablement. Ne pas réduire un texte à un produit. Ne pas perdre la parole du cœur, la seule qui importe. Prendre le temps d'aller au cœur de moi-même, pour avoir une vraie chance d'atteindre le vôtre.

Vous comprenez, je n'ai que moi, alors écrire des mots mal choisis, pas précis, pas tout à fait justes, pas tout à fait vrais, ce serait un peu tricher, un peu tronquer, et parfaitement hypocrite. Et ça, ça prend du temps. A moi, ça prend du temps. Relire les phrases jetées pêle-mêle sur le papier. Rayer. Recommencer. Relire. Barrer. Réduire. Densifier. Choisir les mots. Gommer les superflus. Placer chaque virgule exactement là où elle est nécessaire. Relire. Douter. Un seul but, aller droit au cœur. 

C'est une drôle de chose, au fond, que cette tâche qu'on s'est choisie, alors que personne ne nous avait demandé de nous y coller. Mais chacun de ceux qui le font est seul responsable de la façon dont il l'exerce. Je vous livre la mienne. En toute confiance, en toute tendresse. Vous qui lisez cette manière de lettre, vous l'avez compris, je suis à l'intérieur. 

Print
Repost

Commenter cet article

Pivoine 17/10/2017 23:32

C'est assez typique d'une écriture de "l'intime" comme on dit ... Exercice très difficile. Je ne sais pas si je m'y essaie encore. Je pense que j'écris de manière assez spontanée, me faisant des reproches quand c'est trop long... Me disant que je vais lasser mes lecteurs. Et puis, je me dis tant pis. J'écris - au moins dans mon blog - pour le plaisir, aussi. Tout dépend du sujet que j'aborde... Mais je ne connais pas encore suffisamment votre blogue... Bien que ce texte-ci, abordant la thématique de l'écriture, me plaise beaucoup.

La Baladine 18/10/2017 11:18

"... avec les mots de tout le monde, écrire comme personne" disait Colette. ;-)
Mais le plaisir reste essentiel. Bienvenue dans mon espace :-)

Dédé 16/10/2017 16:07

Ecrire... C'est toujours un exercice difficile dans lequel, d'une manière ou d'une autre, on se met à nu. Même si on ne se raconte pas toujours mais il y a quand même une partie de soi qui parle. Je trouve que les blogs sont de merveilleux outil de communication, que ne donnent pas tous les réseaux sociaux actuels. On prend le temps d'écrire, les autres prennent le temps de lire, de commenter s'ils en ont envie. Il y a un véritable échange, important à mes yeux. Autrement, je crois que je n'aurai pas de blog. Mais ils apportent tant non? Bises alpines et belle semaine automnale.

La Baladine 18/10/2017 10:38

Oui, des rencontres, qui pour être virtuelles n'en sont pas moins belles, quand c'est le respect réciproque et la sincérité qui priment.
Bises maritimes ;-)

Betty...Harmony 12/10/2017 19:50

Un texte merveilleux Baladine , j'ai longtemps cherché le mot approprié pour le qualifier , il m'est allé droit au cœur , émouvant , touchant peuvent aussi s'y coller mais après çà fait beaucoup de compliments ( sourire ) , sans conteste tes mots viennent de ton cœur , c'est une évidence ....J'aime les gens qui se donnent le mal , le bonheur de trouver le mot juste , que ce soit dans leurs textes ou en commentaires , c'est une élégance et un respect réciproque ...Merci Baladine , nous avons la chance de t'avoir parmi nous ( çà fait beaucoup mais bon tant pis , c'est sincère )....

La Baladine 13/10/2017 11:40

Ça fait beaucoup, en effet, beaucoup trop! :-D
Mais respect, oui, avant tout, de l'autre, et de soi. :-))

mansfield 10/10/2017 21:25

Superbe compte rendu du fouiller en soi, attraper les mots et les coucher sur le papier, parce qu'on ne conçoit pas sa vie sans ces moments-là!

La Baladine 11/10/2017 12:34

Il y a de ça, une forme de nécessité, l'impériosité du désir!

Visiteuse 10/10/2017 18:42

D’après ce qu’en dit Khalil Gibran « Il y a un moment où les mots s’usent
Et le Silence commence à raconter ».

C’est vrai mais pas trop longtemps, sauf pour les cisterciens je suppose et encore, pas complètement puisqu’« au commencement était le Verbe » ou le désir selon votre mot. Mais dans le fond, c’est presque pareil.

Notre rapport aux mots est en connexion directe à notre relation au monde, à la représentation que l’on s’en fait.

De toute évidence le mot de votre monde est « Affect ».

L’écrivain qui me vient à l’esprit en vous lisant c’est Kate Atkinson. Je ne saurais pas vous dire pourquoi, je n’ai pas les mots, juste une intuition qui se passe de verbalisation.
Communiquer est vraiment difficile et quand la Méta communication s’en mêle ya de quoi s’emmêler les touches (du clavier)…

La Baladine 12/10/2017 19:32

Ah merci! J'avais jeté un œil mais savoir par quel bout aborder un auteur aussi prolixe n'était pas évident!
:-)

Visiteuse 12/10/2017 18:18

Et bien, si la curiosité et le désir l’emportent, aborder cet auteur, par « Dans les replis du temps » puis « Dans les coulisses du musée » sont un bon début …
Vous pourriez savoir si j’ai vu juste ou alors complètement à côté de la plaque :)

La Baladine 11/10/2017 12:30

Affect, je ne sais pas, je ne maîtrise pas assez le vocabulaire psychanalytique...

Ne connaissant pas cet auteur, je me réserve ;-)

Pour la méta-communication, je suis d'accord :-))

Gwen 09/10/2017 18:56

Je crois que nous devenons des dinosaures toi et moi... car qui de nos jours se soucie ede trouver le mot juste et bien orthographié ?
Lorsque j'entends les énormités que disent parfois des gens dont c'est le métier de parler un français correct, j'enrage !
Notre langue est si belle ! Autant le dire, je ne suis pas pour la réforme de l'orthographe : nous avons fait l'effort de retenir ses règles, difficiles je le reconnais, mais nous l'avons fait !
Nous avions aussi des instit' qui avaient à coeur de nous inculquer leur savoir...

La Baladine 10/10/2017 10:06

Tout n'est pas perdu, si j'en crois ceux que je croise dans la blogosphère... Les dinosaures ont de beaux restes, et font de la résistance ;-))

Jo Ridée Rieuse 09/10/2017 11:54

Très beau texte. Moi, je préfère les lettres aux chiffres. Mais les 'matheux' sont plus heureux que nous. Ils puisent dans la collection de chiffres pour les aligner, les additionner, les multiplier. Quand tout est juste, ils sont contents.
Avec les mots, on n'est jamais sûr de rien. En les alignant, on peut émouvoir, faire rire, sourire ou blesser. Rien n'est une évidence avec les mots. Avec les chiffres 1+1, ça fait 2, c'est plus simple.

La Baladine 10/10/2017 10:04

"Rien n'est une évidence avec les mots" C'est tellement ça! Mais l'aventure, peut-être justement parce qu'elle garde quelque chose d'hasardeux, semble tellement plus exaltante... du moins pour toi comme pour moi. ;-)

Xoulec 08/10/2017 18:50

Tient c'est bizarre, mais à moi aussi cela me prend du temps! Chercher mes mots,pour toi et pour d'autres,les écrire,les réécrire,les retranscrire,rayer,re-rayer,recommencer,flécher,stabiloter(ça se dit?),corriger,vérifier,revérifier,bref,noircir du papier et laisser "échapper" malgré tout cela des fautes, et que sais-je encore...
je n'ai pas besoin d'énumérer plus ,je sais que tu comprends.
Mes brouillons ne sont compréhensibles que par moi,je sais que je ne suis pas obligé,mais j'aime ça.Je croyais naïvement que j'étais le seul à faire de la sorte,me voilà rassuré.
Beau texte sur ...L'écriture.

(mes mots là,se sont presque écrit tout seuls)

La Baladine 13/10/2017 11:43

Et hop! Une chanson en tête pour la journée! ;-)

xoulec 12/10/2017 21:41

J'éprouve du plaisir à "construire" mes commentaires et je suis d'accord avec toi pour dire que le choix des mots est important.Si je souffrais,je n'écrirais pas.
Parfois,il m'arrive d'en écrire sur papier d'harmonie,
Des mots à,des mots à,
A chatouiller ton/mon ouïe.

La Baladine 11/10/2017 12:35

Je ne sais pas... Il y a une certaine jouissance à cette recherche, cette descente en soi-même et sa restitution sur le papier, (ou sur le clavier), et si la partie "besogneuse" me prend du temps, elle ne me cause aucune souffrance, rien que du plaisir; je n'ai aucun penchant pour le masochisme ;-)
Je garde aussi en mémoire les mots de Jean d'Ormesson : "Chaque matin, je me lève à 7 h. Je me douche, je prends mon petit déjeuner, je m’habille et je me mets à ma table de travail jusqu’à 13 h, puis de 15 à 19 h. Et là, c’est vrai, je ne fais pas grand-chose. J’attends que l’inspiration vienne. Si j’écris vingt lignes dans la journée, je suis très content !"

xoulec 10/10/2017 22:57

Ah quand même! J'envie ceux qui ont le brouillon dans la tête,et qui écrivent comme coule un ruisseau.

La Baladine 10/10/2017 09:55

http://expositions.bnf.fr/brouillons/grand/94.htm

Pour te rassurer définitivement ;-)

alezandro 08/10/2017 11:29

Oui, c'est une drôle de chose que d'écrire, choisir de se dévoiler sans trop en dire mais tout en retenant quelques mots qui se sentent libres soudain d'aller à leur gré, dans des territoires que la pudeur n'a pas totalement encore défrichée. Oui, j'aime votre façon de choisir vos mots sans triche ni tabou et de nous les apporter ainsi prêts à être livrés à la curiosité puis au plaisir de la découverte et de l'imagination!

La Baladine 08/10/2017 13:30

Votre commentaire me touche, vous dont les textes sont si souvent empreints d'une profonde émotion, parfaitement restituée, pudiquement partagée.

heure-bleue 08/10/2017 10:20

Je ne sais pas écrire comme toi, finalement, je crois que je me livre peu, j'écris vite des anecdotes et si l'intime passe, c'est par hasard.
Continue à être entière.

La Baladine 08/10/2017 13:27

T'inquiète, je ne sais pas faire autrement ;-)

Pierre 08/10/2017 05:26

J'aime beaucoup ce texte qui décrit fort bien l'heureux labeur qui consiste à tenter de mettre en mots des pensées.
C'est vrai que ce peut-être tout un travail que de choisir les mots, l'agencement des idées et des phrases, manier l'ellipse et l'implicite, se dévoiler sans trop en dire...
Je retrouve là bien des questionnements qui m'ont accompagné durant des années, même si maintenant je sens parfois filer entre mes doigts ce "désir" (ou inspiration, ou nécessité...) qui pousse à se mettre devant son clavier pour "partager" (ou mieux, "aller droit au cœur", comme tu dis).

Merci de si bien parler de l'acte d'écrire :)

La Baladine 08/10/2017 13:27

Tu partages épatamment tes voyages:-))

Celestine 07/10/2017 17:57

Ah un billet sur les mots, mes amis quotidiens, mes pires ennemis parfois...
Ta façon d'écrire est d'après toi laborieuse, mais le résultat est magnifique. Ca paie donc pour toi, de relire, rayer, douter, recommencer...
Toutes ces choses que l'on m'apprises a l'école et que j'ai tenté tant bien que mal d'enseigner à mes élèves.
Un travail scolaire, ce n'est pas un gros mot. ( je rebondis à la remarque de Coularine) C'est la base de toute écriture, faire un brouillon, se relire. Arranger une phrase, trouver un mot plus adapté, employer des synonymes, éviter les répétitions.
Quant à cette drôle de chose qui consiste à s'obliger à faire quelque chose que personne ne nous a demandé de faire, j'y pense chaque fois que je fais ma rédaction pour un défi d'écriture.
Quand le moteur puissant du désir nous porte....
Bises admiratives
¸¸.•*¨*• ⭐️

La Baladine 08/10/2017 13:20

"Un travail de bûcheron", disait Sagan!

Rien d'admirable là-dedans, obéir à ses désirs n'est pas si difficile, et ensuite, c'est l'obstination qui prend le relais, la volonté têtue de faire coïncider l'idée et la phrase...

Bises bûcheuses

Celestine 07/10/2017 17:58

Coumarine bien sur...
Écriture automatique , pffffff

les Caphys 07/10/2017 17:10

je comprends parfaitement et tes mots sont aussi parfaitement choisis

La Baladine 08/10/2017 12:48

;-)

bizak 07/10/2017 12:55

J’aime bien tes mots, chère amie. Les mots ont cette sensibilité d’exprimer les sentiments les plus touchants, négatifs ou positifs, ils sont un attirail qui peut apporter joie, respect et convivialité, quand ils sont mesurés, mais peuvent faire l’effet inverse quand ils sont dégainés à tout va. Oui La Baladine, les mots, sont tout pour nous, il faut les choyer, les aimer, les élever pour les faire grandir et leur donner vie et amour. « Un mot aimable est comme un jour de printemps »comme le disait un poète.
Bises colorées.

La Baladine 07/10/2017 15:03

La jolie phrase, si fraîche, et si vraie! Bises à toi cher poète!

Coumarine 07/10/2017 12:39

je me pose une question en te lisant:
que vaut-il mieux: écrire "comme ça vient", spontanément... ou relire et "travailler" son texte essayant qu'il soit le plus vrai possible, que les mots traduisent bien la pensée ou mieux, les sentiments?
Moi je suis plutôt comme toi; j'écris puis je laisse reposer les mots, ils font leur chemin...je les reprends ensuite, c'est un cheminement que j'aime beaucoup d'ailleurs...
Merci pour ce beau texte qui me parle beaucoup!

La Baladine 07/10/2017 15:01

Chacun fait en conscience, j'imagine. Je suis, comme toi je pense, convaincue que la forme importe autant que le fond. Trouver la bonne phrase, exacte, juste, qui va sonner clair, et si possible, au plus grand nombre. Et surtout, en restant sincère.
Je suis chaque fois émue de voir que tu te donnes la peine de venir jusqu'ici. J'espère que le mieux fait son chemin chez toi.

Coumarine 07/10/2017 12:42

attention quand je parle de "travail", je n'évoque rien de scolaire!
c'est attendre un peu pour que les mots viennent vraiment du plus profond de soi, de l'intérieur comme tu le dis!

alainx 07/10/2017 11:16

Les mots ont du poids, sans être une pesanteur.
Les mots, pourtant statiques, ont cette capacité merveilleuse à former des phrases vivantes. Les mots sont créatifs. Les mots d'amour créent de l'amour. d'autres sont mortels.
et moi j'essayerai d'être comme le chanteur :
Je lui dirai les mots bleus
Les mots qu'on dit avec les yeux....

La Baladine 08/10/2017 13:25

Oublier les marionnettes? Malheureux!!! Le premier 45 Tours que j'ai passé en boucle sur mon tourne-disque!!!
Mais je te rassure, je n'ai jamais cessé d'aimer Christophe...

alainx 07/10/2017 19:35

Ah oui les marionnettes !!
Oublie !! ;-)

Faut plutôt écouter Christophe Version 2.0 ....
il a bien changé le bougre....
https://www.youtube.com/watch?v=7K7KettmHR0

Cela dit on peut ne pas aimer....

La Baladine 07/10/2017 14:51

C'est exactement ça, peser ses mots, et tenter de faire en sorte qu'ils restent légers... Pas si simple. Leur pouvoir est infini.

Christophe... pour moi ça remonte aux Marionnettes...

Nassy 07/10/2017 10:36

Je n'écris pas de textes littéraires, les miens sont académiques. Ce n'est pas tout à fait la même chose mais un peu quand même. Ecrire demande du travail, de la précision, de la persévérance... L'acte en lui-même est jouissif mais écrire s'est s'exposer à la critique, inévitablement.

La Baladine 07/10/2017 14:47

Bienvenue Nassy! S'exposer, oui, tout est là, mais quand on met sa confiance en avant, ça se passe bien, la plupart du temps.

Pascal 07/10/2017 09:54

Quand je te lis
je vois une artiste
qui peint avec les mots
un paysage intérieur
qui la touche

La Baladine 07/10/2017 14:45

Une amie m'a dit tout récemment qu'un des grands réconforts de la vie est de recevoir sans embarras les compliments... Ou quelque chose comme ça... J'essaie.

le-gout-des-autres 06/10/2017 21:59

Et c'est après avoir écrit qu'on s'aperçoit qu'on n'a pas été compris.
En revanche, on est jugé.
Immédiatement...
Cela dit, c'est prenant, émouvant.
Comme dit Lilas "c'est dense".

La Baladine 07/10/2017 14:42

De l'importance de peser les mots...

Lilas 06/10/2017 22:35

Salut toi!

Lilas 06/10/2017 21:24

Que je te le dise, il n'y a rien de gâché dans tes mots. Ils sont toujours justes, riches et denses de sens, de sentiments, de chaleur, j'aime vraiment. Et s'il faut attendre pour te lire - même impatiemment - alors j'attendrai. Sign!

La Baladine 07/10/2017 14:41

J'attends ta note... impatiemment.

La Baladine 07/10/2017 14:40

Quand les mots trouvent ainsi une résonance, un écho, quand ils se répondent, c'est une joie délicieuse, un partage, une rencontre... Je suis heureuse de t'avoir rencontrée, princesse de l'ellipse!

Lilas 06/10/2017 21:26

C'est drôle, tu parles "d'intérieur", c'est exactement le mot que j'ai choisi dans la note de demain.

Gilles Patrick 06/10/2017 21:11

Je suis un adepte du contrôle, et je perçois pleinement vos écrits...
Et, paradoxalement, moi qui suis dans le contrôle, je "lâche tout" quand j'écris ; ainsi je me contredis, me confronte, débat et argumente avec moi-même, sombre monologue d'un parfait égoïste...
Belle soirée à vous.

La Baladine 11/10/2017 11:43

Ici je me réjouis d'avoir créé un espace, certes virtuel, mais où domine la cordialité. Alors ne te sens surtout pas obligé de te souiller à revenir.

Gilles Patrick 11/10/2017 08:07

Comment peut-on être précis sans contrôle ? Comment être précis lorsqu'on se lâche et qu'on ne contrôle plus ?
Je vouvoie après des mois coupé du monde, nettoyé des souillures humaines... Le tutoiement me rapproche de trop de ces humains... Mais bon, c'est un autre sujet.
Bon mercredi...

La Baladine 07/10/2017 14:30

Il s'agit moins de contrôle que de précision. Mais de toute façon, un texte, une fois publié, appartient à ses lecteurs.

Depuis quand me vouvoies-tu?

Dorian G. 06/10/2017 20:56

Sur ce coup, je n'ai qu'un mot : génial.

La Baladine 07/10/2017 15:56

Pas de génie là-dedans, juste une dose de labeur...
Dorian G. ? Je vous souhaite d'être moins influençable que celui qui semble avoir inspiré ce pseudo ;-)