Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

... l'autre c'est le soleil

... l'autre c'est le soleil

Bric à brac, suite, sur l'air de deux choses lune...

Je n'aime pas la sonnerie du téléphone. La nuit, ça sonne comme le tocsin annonçant le malheur. Le jour, c'est un peu comme si quelqu'un surgissait dans mon dos en criant "Bouh!".  Alors mon portable a la voix de Zazie qui a le talent de chanter ma vie, et ça, j'aime...

J'aime ouvrir un cahier neuf, en faire craquer le dos un peu rigide, prometteur de mots jetés, d'idées en vrac, de longues réflexions et de multiples interrogations. J'y dis des bêtises en sachant que c'en est, et aussi des choses graves, en essayant de les souffler comme des bulles de savon...

J'ai détesté Belle du Seigneur*, profondément, dès la première lecture, j'avais seize ans, dix-sept peut-être. Oui, j'ai osé, d'emblée, penser que ce bouquin, ce "roman  d'amour absolu" n'était qu'une immense fumisterie, un monument d'orgueil mal placé, de mépris de classe, de sexisme, d'hypocrisie, de misogynie. D'inhumanité. Hystérie, possession, vénération, soumission, dégoût des substances humaines, toutes les substances humaines. Et grandiloquence partout. Belle du Seigneur,  je ne suis même pas désolée de vous le dire, c'est pour moi le symbole même de l'absence d'amour.

L'amour, celui qu'on cherche vraiment, au fond, ce n'est pas les cris, la passion, la jalousie, la fusion que nous vantent les grands mythes romantiques, non, c'est l'infini, la confiance, la paix. La personne qui vous aime, c'est celle qui vous aide à tisser et déployer vos ailes de liberté, celle qui vous donne le courage d'aller au bout de ce que vous êtes, pas d'y renoncer. Et c'est drôlement bien...

J'aime toujours autant "César et Rosalie" . Pas vraiment pour César. Plutôt pour David. Non, vrai de vrai, c'est pour Rosalie, pour sa grâce solaire et désenchantée, pour son refus obstiné de la médiocrité; et aussi pour la maison de Noirmoutier...

Je n'aime pas faire des projets à long terme. Je m'inscris dans le présent, et le futur ne me fait pas peur. J'y vais. Nous y allons tous. Mais je parie pour le présent, pour le réel, ici et maintenant. Etre là, vivante, essayer d'en dire quelque chose, habiter le réel, en toute vigilance. Avant tout, rester vigilante...

Je ne veux pas me garder. Garder mon quant à moi, mon calme à tout prix. Me préserver. Au prix d'une fausse indifférence affichée. J'aurais trop peur, à force de faire semblant d'être indifférente, de le devenir. Alors souvent, je mets le cœur dans le plat, et du reste, ça n'est pas plus mal que les pieds ...

A suivre...

 

 

*Belle du Seigneur, roman d'Albert Cohen, 1968

Crédit illustration: Okalinichenko

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La Baladine

Acidulée mais pas acide, féministe assurée et romantique assumée, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article

Edmée De Xhavée 02/04/2018 17:23

Oh que je suis heureuse de lire que tu n'as pas aimé Belle du seigneur! Je me suis laissée piéger il y a quelques mois, l'ai acheté et n'ai pas tenu au-delà d'une cinquantaine de pages soporifiques et désordonnées, pas une virgule pour me laisser reprendre mon souffle...
Oui l'amour aussi pour moi est d'une profonde douceur, d'une éclairante évidence. Besoin de rien, parfois même pas trop de le dire (mais c'est bon quand même, de le dire et de se l'entendre dire...), tellement c'est là, dans chaque respiration...
Tu as raison... don't go changing! :)

La Baladine 02/04/2018 18:49

Eh bien pour être sincère je ne pense pas qu'aujourd'hui j'irais au bout des mille et quelques pages... ;-)
Je plussoie ta suite, sans réserve :-)

Ju'Lyn 31/03/2018 11:06

Bonjour Baladine,
Très joli texte, reflet de ta sensibilité, de ton humanité, d'un bout de ce que tu es.
Mettre le coeur dans le plat... j'adore !

La Baladine 02/04/2018 17:49

Bonjour Ju'Lyn, contente de te revoir!
Et merci merci :-)

Lilas 27/03/2018 08:09

J'aime bien l'idée de ne pas se préserver. D'avancer de face, de vivre pleinement, de ne pas "faire le mort-vivant".

La Baladine 27/03/2018 13:04

Intranquille... Jusqu'au bout du bout...
https://youtu.be/flP-hF4O5ZM

mansfield 26/03/2018 17:44

Au moins c'est dit, avec tes vérités,tes colères, tes choix de vie! Comment être plus sincère!

La Baladine 27/03/2018 12:58

Merci pour ton écho toujours bienveillant :-)

Nikole 24/03/2018 20:25

Je n'ai jamais lu Belle du seigneir ... je dois pourtant l'avoir quelque part dans mon capharnaüm... j'ai même dû jeter un oeil et le refermer ... je me suis dit qu'il fallait l'avoir, à ce que j'en avais entendu. Si je retombe dessus, je regarderai, parce que tu m'as intriguée avec tes remarques.
Je n'aime pas la sonnerie du téléphone, je n'aime pas que mon frigo m'engueule quand je ferme mal la porte, ou qu'une voiture ramène sa voix striante, bippante, parce qu'il ne reste "plus que" 40 cm avant le mur. Les machines qui font du bruit m'insupportent. Je fais mal aux cahiers, aux papiers et aux livres. S'il est un seul domaine où je supporte où je supporte qu'on "viole" -les choses- c'est celui-là, celui des ouvrages qu'on ouvre et qu'on caresse avec une force presque maltraitante, pour se les approprier, pour les mettre à plat devant soi, au milieu de l'histoire. L'amour-vache, l'amour-taureau avec le papier, une douceur un peu rêche.
Mais je me suis égarée ... pardon ... bonne soirée à toi, et mille baisers.

La Baladine 25/03/2018 12:40

J'aime bien quand tu t'égares:-) Même si j'y vois moins de la maltraitance que de la vie. Le cahier, le livre ne sont pas des objets sacrés qu'on adore sans y toucher. Le cahier, le livre, il faut les ouvrir, les griffonner, les griffer, les couvrir de signes qui sont ceux de la vie. Ils se chargent, ils plient, se plissent, se rident. C'est ainsi qu'ils deviennent vivants!
Bisous doux de bon dimanche :-)

bizak 23/03/2018 16:04

Je ne sais pas qui a dit, il faut parfois rester insensible mais jamais indifférent. Oui dans la vie, on peut ne pas être d'accord avec autrui, sur ce qu'on écrit, sur ce qu'on pr^che à tout va, mais on ne peut pas dire qu'on ne savait pas, qu'on ne pouvait rien faire, quand on assiste médusé, sans faire un geste, dire une parole, lever le petit doigt, devant l’innommable, l'invraisemblable, le perfide. Que vaut d'être sensible si on reste indifférent alors que peut être la solution est juste là, à portée de main. Ce qui désespère dans la vie, comme on le dit aussi, ce n'est pas l'impossible, mais le possible non atteint. Et souvent on est lâche même devant le possible.
Bien à toi Labaladine
Bises amicales

La Baladine 23/03/2018 22:21

Si je m'attendais! Tu m'impressionnes et tu me remues, tu sais avec ce long commentaire en prose qui semble sorti d'un trait...
Et tu me scotches avec la sagacité de ton propos "Ce qui désespère dans la vie, ce n'est pas l'impossible, mais le possible non atteint." Je choisis l'impossible. Sans hésitation. N'en déplaise aux réducteurs d 'espoir, aux réducteurs de cœur, aux réducteurs de vie.
Je t'embrasse, cher poète. Fort.

Balaline 22/03/2018 19:08

Belle du seigneur, j'ai pas lu et rien que le titre et cette "histoire de seigneur "!
Par contre j'aime beaucoup Rosalie, si lumineuse, si vraie dans tous ses films.
"Habiter le réel ", ne pas oublier que la vie est si précieuse alors que nous sommes si souvent happés par les aléas du quotidien, j'essaie bien souvent de me le rappeler dès le matin, mais cela s'efface plutôt vite ...je n'ai sans doute pas encore atteint la période dite de "sagesse ".

La Baladine 23/03/2018 22:15

C'est vrai que le titre à lui seul peut (doit) inciter à la méfiance... mais j'étais jeune, et le "tout lisant" en disait tant de bien! J'ai été bien calmée ;-)
Rosalie/Romy, oui, rien à dire...
Je ne suis pas si sûre qu'il soit question de sagesse...je parlerais plutôt de volonté têtue, jusqu'à l'obstination... tu dis sagesse, j'en connais qui parle plutôt de naïveté (style bisounours)...
L'important est de savoir ce que l'on veut vraiment, et où on veut aller :-)
Bisous

Bleck 22/03/2018 14:36

Les films de claude Sauter : la vie. Je préfèrerais toujours une sonnerie de téléphone à celle de cet instrument de torture appelé communément "réveil", rien que ce mot pour désigner un appareil me hérisse au plus haut point, alors qu'il est si doux de s'éveiller naturellement (exercice que j'ai toujours pratiqué avec application)
Je n'aime pas utiliser un cahier neuf... parce que n'utilise jamais de cahier mais des feuilles libres, des bouts de papier, les pages de livres, les agendas, les dos de cartes de visites etc... pas les cahiers qui me rappellent trop l'école.

Bleck

La Baladine 22/03/2018 17:53

Mon éveil se fait au son d'arpèges doux, piano et harpe... après, c'est toujours pareil, c'est chacun son truc ;-)

Si tu voyais mes cahiers, je ne pense pas qu'ils te rappelleraient l'école: bourrés de rature, de notes en vrac et en désordre, de pages volantes piochées n'importe où, et tu y trouveras tout aussi bien des idées, des réflexions qu'une liste de courses ou une recette de cuisine, tout ceci à la suite en formant un joyeux bazar bien foutraque qui n'a rien, mais alors rien de scolaire!
;-))

Antiblues 20/03/2018 17:05

Bah une personne qui aime Cesar et Rosalie (mon film français préféré) ne peut pas etre foncièrement indifférente! Pas de risque. :)
L'amour, l'amour ... Tout le reste n'est que lots de consolation ...

Antiblues 22/03/2018 20:01

Je t'autorise à le replacer ! ;) ;) ;)

La Baladine 22/03/2018 17:45

J'aime bien tes raccourcis! ;-))

Pastelle 20/03/2018 09:37

J'en suis à la page 10 de Belle du Seigneur depuis 10 ans... L'amour passion c'est un rêve d'adolescent je crois, et avec l'âge on apprécie l'amour serein, la confiance, la paix comme tu dis.
Pour les projets, je ne sais pas ce qu'est le long terme pour toi, mais là je suis en train de commander des graines de fleurs pour mon jardin, à semer le mois prochain. Ca j'aime bien comme projet.
Et tu me donnes envie de revoir César et Rosalie, j'ai un peu oublié... Un autre projet ! :)

La Baladine 20/03/2018 12:43

Mon problème avec Belle du Seigneur c'est que je n'y vois pas plus d'amour que de passion. Deux poupées sans âme ni humanité. Parce que l'humanité, c'est la faiblesse, l'imperfection, et la salive, la sueur, les maux de ventre, et la cyprine et le sperme, aussi...

Je parlais vraiment de long terme... Je n'ai jamais su projeter le long terme, en fait. Une carrière, des trucs dans le genre... J'ai toujours improvisé. Mais les choses qui vont au jour le jour, semer des graines (j'ai des coquelicots à semer), planter des pousses de roses trémières, ça, je fais aussi ;-)

Se régaler de petites choses au jour le jour, comme un bon film, une rencontre, un verre partagé, une jolie chanson... la vie!
Bises :-)

Jo Ridée Rieuse 19/03/2018 11:26

Ici et maintenant, c'est dans l'air du temps. A force de nostalgie ou de projets, on regarde derrière ou devant et on oublie le temps présent. Je ne suis pas très à l'aise avec ça, se retrouver face à soi-même, je n'aime pas trop ça. Pourtant, c'est cette voie qu'il faut explorer, c'est sans doute ça la sagesse.

La Baladine 19/03/2018 12:03

Ça aussi, c'est affaire de ressenti très personnel...
Il est vrai que je me sens bien dans mon époque (même si je suis loin de tout en aimer), bien dans mon âge.
C'est peut-être bien la maladie du paladin qui m'a amenée là. Quand on est au pied du mur, on y reste, ou on fonce...
Bises pas si sages ;-)

Pivoine 18/03/2018 19:26

Voyons... Je n'aime pas non plus la sonnerie du téléphone, en réalité, je n'aime pas beaucoup le téléphone (sauf pour quelques personnes à qui je téléphone comme je respire...) J'avoue n'avoir même pas essayé de lire Belle du Seigneur, qu'une de mes amies a lu. Elle l'a résumé en une phrase à peu près. Mais je n'ai pas vu non plus (je ne crois pas) César et Rosalie (c'est avec Romy et Sammy Frey? Non?) Peut-être que j'arrive enfin à une définition (pour moi) de ce que c'est que l'amour, ce qui ne ressemble pas du tout à ce que j'imaginais à vingt ou trente ans...

Les projets à long terme dépendent aussi des circonstances et des impondérables... Même à court terme d'ailleurs (même ceux de demain).

Mais hier soir, c'est vrai, j'ai été très touchée par l'interview d'une des victimes des attentats du 22 mars (entraîneur sportif de l'équipe des "Spirous" de jeunes footballeurs je crois, de Charleroi). J'ai trouvé ce qu'il disait prodigieusement intéressant...

Ce n'est pas toujours facile de mettre "le coeur" dans le plat (il arrive que les pieds suivent o;))) Ce qui fait un beau mélange o:)))

La Baladine 19/03/2018 11:35

Merci pour ce long commentaire détaillé!

Une phrase pour résumer Belle du Seigneur, mais laquelle?

Oui Romy, Samy Frey et Yves Montand. Le cinéma de Sautet a pour moi le talent de mettre en valeur, avec finesse, des vies banales, et souvent moroses, des désarrois, et l'importance du groupe, de l'amitié, de la solidarité...

C'est intéressant ta réflexion sur l'amour tel que tu le définis aujourd'hui, sauf que tu nous laisses sur notre faim...

Les projets... disons que je laisse les choses venir à moi.

Mais là encore, tu nous mets l'eau à la bouche à propos d'une interview sans rien en dire...

Bref, tu ne veux pas revenir en parler, ou alors en faire un billet?

Betty...Harmony 16/03/2018 18:02

L'Amour et ses diversités , une source inépuisable à écrire et à vivre ...Je ne m'en lasse pas ....J'ai adoré l'écriture de "Belle du Seigneur " , peut être parce que j'ai pleuré d'émotion de cet Amour fou , gâché de ces deux êtres en désolation. , de ces deux êtres en perdition , passion jusqu'à l'ultime ...Quand à Rosalie chère Romy que j'aime depuis toujours et pour toujours , une femme libre et indépendante tout comme j'envisage la vie de femme , je partage ton désir de non projet à long terme , çà m'arrange j'ai l'esprit libre ainsi il me semble ....Bon week end Baladine

La Baladine 17/03/2018 18:27

Amour... passion... leur quête de perfection qui atteint (pour moi) des sommets de ridicule et d'insincérité, passant à côté de tout ce qui fait l'humanité m'a laissée froide. J'ai eu du mal à finir, et du coup, je suis passée à côté de l'écriture, elle ne m'a fait aucun effet.
Pas de projet à long terme, c'est aussi (surtout) une façon de laisser la porte ouverte à l'imprévu ;-)
Bise de bon ouik à toi aussi

marine D 16/03/2018 06:54

Je te suis dans ce que tu aimes, ce que tu rejettes, oui il y a des images qui nous accompagnent longtemps comme Rosalie sur la plage avec David, cette plage, cette maison et cela nous renvoie à notre jeunesse qui se cherchait !
Habiter le réel en toute vigilance, c'est superbe !

La Baladine 16/03/2018 15:07

Les années 70... Incroyable ce qu'on fume et boit dans les films de Sautet...
Merci Marine. Bise de bon week-end!

julie 15/03/2018 21:11

C'est donc toi, la Lune ? :D
Quel rigolo ce Prévert, j'adore ! :)

Bein, dis... ça remue chez toi !
Pourquoi cette confession ? (belle écriture, comme d'habitude)

L'amour, toujours l'amour... Celui de son chien, compte ? (vais me faire tuer) :D



"L'amour (dis-tu), celui qu'on cherche vraiment, au fond, ce n'est pas les cris, la passion, la jalousie, la fusion que nous vantent les grands mythes romantiques, non, c'est l'infini, la confiance, la paix."


Soit, mais ça ne colle pas tellement avec les paroles de "Zazie" , ci-bas :

https://www.google.fr/search?client=opera&hs=F2a&q=zazie+pise+paroles&sa=X&ved=0ahUKEwiZxffbg-_ZAhUEDuwKHWhpDooQ1QIIhgEoAA&biw=1280&bih=732

L'amour et la passion amoureuse me sont (humblement) des "choses" bien distinctes. Aimer passionnément me fait planer, sans ailes :)

Je saute du coq à l'âne : à quand un roman à toi ?

Bonne fin de semaine, Baladine.
:)

julie 16/03/2018 20:03

:D Bonne nuit Baldaquine :)

La Baladine 16/03/2018 15:04

Mais Rosalie ne mène pas une double vie, au sens où elle ne se cache pas, elle ne ment pas... Et je ne porte pas de jugement sur le fait qu'on s'aime en duo ou en trio, ça ne regarde que les protagonistes, je suis une adepte du "chacun fait c'qui lui plait, tant que ça ne nuit à personne".
Par contre, César, il y a une scène où il cogne Rosalie, et là, je tique.
Bonne soirée, à 13h31? Lol ;-)

julie 16/03/2018 13:31

"L'amour tout court me fait planer, sur ses ailes à lui, et je crois bien qu'il aime à s'étendre sur les miennes" OUF ! c'est beau.... Tu m'avait fait peur avec cette Rosalie, la coquine à deux mecs :D :D

Juste une dernière t'ite question... Si l'homme (Cesar) avait une double vie, tu trouverais çà comment ?

Bonne soirée Baladine. Bise.

La Baladine 16/03/2018 08:03

Quelle pluie de questions! :-)
J'essaie de répondre dans l'ordre:

Ce calembour de Prévert est en fait le préambule à un poème pamphlet assez violent intitulé "Le paysage changeur". Je l'aime beaucoup parce qu'il me dit que rien n'est jamais figé ni acquis, que tout peut toujours changer, se transformer, que la vie peut toujours ressembler à ce qu'on rêve, pourvu qu'on y mette vraiment du sien...

Parce que je ne fais que ça sur ce blog, depuis le début.

Si je crois sans peine que les animaux ont des émotions aussi fortes que les nôtres, j'ai du mal à leur prêter les mêmes sentiments. Je suis indispensable à mon chien parce que je le soigne et le nourris, de là à penser qu'il m'aime... A moins que tu ne penses à Céline et son "infini à portée du caniche"... or la vision de Céline rejoint pour moi celle de Cohen, tu vois...

La chanson de Zazie... mais l'amour, la paix, la confiance, ce n'est pas un truc lénifiant qui ronronne de lui-même... c'est du boulot, et ça n'empêche pas les coups de gueule les prises de becs les kilos de glace sur les épaules... Simplement, on n'oublie jamais qu'on s'aime. L'amour tout court me fait planer, sur ses ailes à lui, et je crois bien qu'il aime à s'étendre sur les miennes ;-)

Le reste, c'est une toute autre histoire, qui n'a rien à voir avec ce que je pose ici :-)

Bon vendredi samedi dimanche, bisou!

alainx 15/03/2018 16:57

« Belle du Seigneur » je n'ai pas lu… parce que je croyais que c'était une histoire de la vierge Marie ! mouarf ! :-) - Sinon j'adhère totalement à ce que tu dis sur l'amour — l'évocation de « César et Rosalie » m'a évoqué des souvenirs lors de la sortie du film. On l'avait vu en groupe et il s'en suivit de longues discussions tard dans la nuit au bistrot… et dans ce groupe il y avait : celle qui partage toujours ma vie… ;-)

La Baladine 15/03/2018 18:56

Pour le coup, le seigneur en question manque singulièrement de charité ;-)
Voilà donc la date de la rencontre? Et l'amour toujours pas usé!
De longues discussions de groupe au bistrot, ça ressemble à un film de Sautet ;-)

celestine 15/03/2018 14:56

Ah ! j'aurais pu signer ce billet tant je m'y retrouve... Pour Belle du Seigneur je n'en dirai rien, tant déjà le titre comporte une idée de soumission latente, qui m'a toujours fait fuir. Je ne l'ai donc pas lu. Pas vu non plus le film avec Deneuve. Alors parler d'une histoire que je n'ai ni lue ni vue...Mais je pense que le succès du livre peut provenir en grande partie de l'écriture de Cohen...ce qui ne suffirait pas, pour moi à me le faire apprécier (même si tu connais mon penchant pour la belle écriture) sachant que tu en parles comme d'une « immense fumisterie, un monument d'orgueil mal placé, de mépris de classe, de sexisme, d'hypocrisie, de misogynie. D'inhumanité. »
Pour tout le reste, je suis d'accord avec toi. :-)
Et tu le dis si bien...Habiter le réel et mettre le coeur dans le plat, c'est très joli, ça. :-)
Bisous miss
¸¸.•*¨*• ☆

La Baladine 17/03/2018 18:20

Disons que Kessel a pour lui l'excuse d'avoir écrit son roman sur la fin des années 20, époque où les maisons closes existaient encore, et où le plaisir féminin était encore totalement tabou (vu que c'est la quête de l'héroïne)... maintenant, il est clair que les fantasmes ressemblent beaucoup à ceux des femmes vues par les hommes!

César a soon charme, sûr, bien que trop possessif à mon goût. Mais il est aussi violent, et là...

Bisous :-)

celestine 17/03/2018 15:48

Oui je confonds avec belle de jour...lol ! mais bon question soumission, elle se pose là, la masochiste de belle de jour...
bref, moi ces films qui placent la femme au rang d'obscurs objets de désir, ça me gave grave.
Pour David et César...j'hésite. Le charme a deux visages, c'est net ! Et difficile de choisir. ;-)

La Baladine 15/03/2018 17:21

Ah mais c'est encore plus que de la soumission, elle est carrément confite dans la dévotion!!!
Un film avec Deneuve? Tu ne confonds pas avec Belle de Jour, histoire d'une bourgeoise frustrée qui se prostitue pour tromper l'ennui? Remarque qu'on peut y retrouver une certaine vision de la femme...
Deux bouquins écrits par des hommes pas précisément égalitaristes ;-)
Sinon, toi aussi, tu préfères David à César?

Andiamo à la mer 15/03/2018 10:44

Je pense que l'on a des petits moments d'amour, ils sont rares et précieux, le grand "machin" qui dure une vie... Euh...

La Baladine 15/03/2018 17:22

@ AlainX: quasi une vie, quoi... :-)

(j'ai supprimé le doublon)

alainx 15/03/2018 16:49

Mince ! J'approche de pas loin du double !
Ça fait donc deux générations ?
;-)

(J'avais mis mon commentaire à un mauvais endroit)

La Baladine 15/03/2018 11:55

C'est un domaine très personnel, de l'ordre du ressenti intime. J'en suis à 25 ans, ça fait peu ou prou une génération ;-)

manoudanslaforet 15/03/2018 10:08

Belle définition de l'amour... jamais réussi à lire Belle du seigneur...un signe!

La Baladine 15/03/2018 11:54

C'est ainsi que je le vois, que je le vis :-)
Un livre dont on peut se passer sans souci ;-)

Dédé 15/03/2018 06:02

Alléluia! Enfin! J'ai trouvé la perle rare. Celle qui a detesté la belle et son seigneur! 34 pages pour décrire Madame dans son bain. J'ai tout lu mais avec peine...et dans le bain j'aurais aimé que la dame sorte de son rôle de potiche. Au moins qu'elle fasse des bulles! Et bien non!

Quant à l'amour...il doit rendre libre. Avec les deux ailes prêtes à se déployer.
Merci pour ce texte frais et vibrant! Bises alpines.

La Baladine 15/03/2018 11:52

Ah ça! Cohen avait une vision de la hiérarchie homme/femme... que nous lui laissons bien volontiers, n'et-ce pas?
Bienvenue au club, ma belle alpine!

Pierre 14/03/2018 23:58

J'aime beaucoup ça : « La personne qui vous aime, c'est celle qui vous aide à tisser et déployer vos ailes de liberté, celle qui vous donne le courage d'aller au bout de ce que vous êtes, pas d'y renoncer. Et c'est drôlement bien... »

Je n'ai pas lu "Belle du seigneur" mais, ce faisant, j'ai l'impression de n'avoir rien manqué ;)

La Baladine 15/03/2018 11:49

Eh bien, la plupart des lecteurs le tiennent pour un chef d'œuvre. Je n'en suis clairement pas ;-)