Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

Toi...

Ton absence. Ton absence qui commence juste, ton absence n'existe pas. C'est évident chaque fois. Tu m'habites constamment, tout comme mon sang nourrit mes cellules. Perfection. Certitude. Au-delà des jets de douleur, de tristesse. A cause d'eux peut-être. Grâce à eux. Grâce à toi. J'attends. Je t'attends. Je t'aime. Je vis. Je sens que je vis.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La Baladine

Acidulée mais pas acide, féministe assurée et romantique assumée, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article

marine D 21/11/2018 17:09

Le plaisir de l'attente, de tout ce qui est ou viendra après, tu vis et qu'espérer de mieux ?
J'aime toujours autant Barbara, nous étions allé l'écouter à Pau et un ami lui avait apporté un bouquet de violettes cueillies dans son bois au printemps, sur les coteaux de Jurançon... Il est allé l'écouter à chaque fois qu'elle est venue...Un bien beau souvenir, d'autant qu'il n'est plus là aujourd'hui, elle non plus...

La Baladine 21/11/2018 20:42

Des violettes cueillies dans le bois... Elle a dû adorer, elle si simple, si claire, fantasque, si charnelle, si femme, si chantante...
Sa voix nous reste, ses mots, sa musique, tous essentiels...

Nikole 18/11/2018 11:36

Tes mots sont toujours beaux. L'absence temporaire de ton amour les magnifie. Encore plus. Baisers.

La Baladine 21/11/2018 20:36

C'est ta perception ultra sensible qui te les magnifie.
Tendresse

Betty 17/11/2018 21:20

Cet Amour distance c'est le manque , c'est l'absence , le désir et l'envie , cette Essence
C'est leur Temps intense à distance , il est clair cet Amour c'est comme une évidence, une cohérence.

La Baladine 17/11/2018 23:08

C'est tout ça. Le plein, jamais le vide, la distance n'existe pas vraiment. Il existe, j'existe, l'amour nous relie. Nous existons.
Merci d'avoir si bien compris.

Jo Ridée Rieuse 15/11/2018 15:02

C'est beau Barbara. Il y a quelques années, je l'écoutais beaucoup et puis ... Plus rien. Je ne ressentais pas son absence mais je peux dire que c'est joyeux de la retrouver.
En principe, je n'aime pas 'subir' les absences. Quand je peux les prévoir, je remplis le vide, un peu trop même.

La Baladine 15/11/2018 22:58

Barbara l'écorchée, la volubile, la radieuse... l'inoubliable!
:-)

alainx 14/11/2018 17:27

Avec les années qui passent, ils font nombre les absents. Lorsqu'ils étaient là il arrivait qu'on les néglige. Maintenant qu'ils ne sont plus dans notre présent, les voici redonnés par l'intérieur.
Ils se sont glissés subrepticement dans les méandres de notre âme et nous soufflent à l'oreille la chaleur de leurs mots nouveaux.
Quand à ceux qui furent prononcés, il nous sont redonnés avec un éclat neuf.
Leurs caresses subtiles nous effleurent.
Les voici désormais réunis au présent de l'infini.

La Baladine 15/11/2018 16:01

Ah mais on peut déborder tant qu'on veut! C'est juste que tu n'as pas établi le lien entre mon propos et ta réflexion :-) D'une absence momentanée, tu es passé de l'absence au monde -et tes mots sont d'ailleurs émouvants- du coup j'ai craint une mauvaise interprétation.
Ce n'est pas grave, c'était juste... interrogeant? (ça se dit? suis pas sûre)
Bisou clin d'œil

alainx 15/11/2018 14:42

Tu as tout à fait raison, j'ai « lu plus loin », mais ce n'est pas « entre les lignes ». Plutôt plus loin que les lignes écrites par toi.
Je me suis laissé aller à mes propres réflexions, passant de l'absence à la disparition. De ce qu'elle a pu produire pour moi quand s'en sont allés mes proches que j'aimais, mes Maîtres,…
Pardon si j'ai débordé de la zone de commentaire.…

La Baladine 14/11/2018 20:32

Ton commentaire me pose question, je "crains" que tu n'aies lu plus loin que ce que disent mes mots. Je ne suis pas à lire entre les lignes, tu sais.
L'homme de ma vie est éloigné pour quelques semaines, c'est tout. Et je vais te dire, c'est bien. Pour lui, parce que ça lui est bénéfique physiquement, pour moi, parce que ça m'est bénéfique sur tous les plans. Et qu'il est là, dans l'intime de moi. :-)

Pastelle 13/11/2018 23:49

En train de lire, relire Bobin, et je tombe juste là dessus...
"C'est une chose étrange que l'absence. Elle contient tout autant d'infini que la présence. J'ai appris cela dans l'attente, j'ai appris à aimer les heures creuses, les heures vides: c'est si beau d'attendre celle que l'on aime. "

La Baladine 14/11/2018 20:22

Retour d'une délicatesse exquise de ta part. Merci pour ça, merci pour Bobin. Il parle juste.

julie 13/11/2018 19:54

"une" renaissance :)

julie 09/12/2018 13:33

"s"est" :(

julie 09/12/2018 13:32

Zut, mon dernier message c'est collé au Paladin :)

julie 13/11/2018 19:54

Condoléances alors ; cependant.. si tu te sens vivre, c'est un renaissance, du coup.
Triste et très beau à la fois ton billet... bonne nuit Baladine. Amitiés.

La Baladine 14/11/2018 20:21

Gloups! Tu as lu un peu vite, ou tu n'as pas écouté la chanson, ou les deux... En plus il m'a répondu, juste avant toi...
C'est juste une absence de quelques semaines... C'est pour ça que c'est gai, vivant, amoureux ;-)

Lionel 13/11/2018 17:11

Je n’ai pas toujours les mots mais, moi aussi je ne suis plus le même. Mon cœur, mon corps chavirent et depuis ce moussaillon Grec sur le H4 tu en a bravé des tempêtes même Vincent, François, Paul et les autres comme Loïc ne sont (que) des bons marins. Toi tu es la mer, tu es les embruns, tu es les vents tu es mon soleil. Il manque encore des mots dans le dictionnaire pour tout te dire.
TVBAAA

La Baladine 09/12/2018 19:25

Julie, je suis incapable de t'en vouloir, toi qui illustres et distilles si bien la bonne humeur, le sourire, la joie, la lumière!
Merci pour tes passages, ton attention, tes lectures, le temps pris et passé et tout.
Bises affectueuses (je transmets les quelqu'unes de plus ;-) )

julie 09/12/2018 13:29

Oui, beaucoup trop vite et pas regardée la video :( mais je me suis rattrapée en lisant attentivement :) bon nombre de tes billets en commençant par le début. Que dire, vous êtes un couple extra-ordinaire irradiant du bonheur simple... je vous envie (gentiment) :) Cette absence "forcée", malgré tout, est comme un révélateur de votre déjà bel amour...
Bonne journée, Baladine. Bises courageuses à partager... quelqu'unes de plus pour Baladin :)
Tu m'en veux pas ? :D

La Baladine 14/11/2018 20:18

Toi...
"Toi, je le sais, tu pourrais même
M'ensoleiller sous la pluie même
Toi, ce n'est pas pareil, je t'aime..."

Lilas 13/11/2018 15:27

Il y a des personnes qui occupent toute la place, même si d'autres toutes aussi importantes gravitent autour de nous.

La Baladine 14/11/2018 20:15

Le cœur n'a pas de limites... C'est ce qui est bien ;-)

Pastelle 13/11/2018 13:20

Tes mots, ses mots, sa voix, la musique... Quelle belle harmonie, quelle émotion et quelles tempêtes derrière ces lignes pourtant si simples, autant chez Barbara que chez toi.

La Baladine 14/11/2018 20:14

Tempêtes, oui, n'est-ce pas, la douceur se mêle toujours de violence, quand on s'aime comme des torches... inextinguibles.
Merci :-)

celestine 13/11/2018 10:46

Les copines disent tout mieux que moi.
L'Amour est une fleur fragile qui se nourrit d'impalpable. Mais quand on le touche enfin du doigt, on soulève des montagnes.
La chanson est sublime comme son interprète, une voix de cristal et de givre qui réchauffe pourtant le coeur.
Merci pour ce beau partage et pour ton texte, qui me parle, oh oui, moi qui expérimente tout cela comme une adolescente, pour la première fois dans un coeur comme neuf. La douce absence. La présence qui irradie sans brûler, comme un buisson ardent.
Tu as une force de mots qui chavire.
♥︎

La Baladine 14/11/2018 20:40

Chaque copine a un langage qui lui est propre, c'est ça qui est chouette, et qui fait si chaud dans le cœur.
Merci pour ta poésie. Pour tes partages. Que l'amour te soit profond, rayonnant, inépuisable.

Edmée De Xhavée 13/11/2018 08:37

L'absence est une présence à l'envers, On aime autrement, en apnée, en confiance alternée à des pensées indésirables, en confiance, en confiance, le seul parachute et garde-folie. Et l'amour... ah qui ne connait pas celui-là veut enfermer la vie dans l'explicable... et se plante!

La Baladine 14/11/2018 20:06

"L'absence est une présence à l'envers"... J'aime bien l'idée, à creuser! Sinon, chez moi, l'amour s'est planté comme en terre, pour mieux fleurir! :-)

Dédé 13/11/2018 07:40

Lire ton texte, écouter la voix de Barbara, c'est comme un frisson qui me traverse. Que c'est beau de dire son amour, que c'est beau de vivre l'amour, malgré l'absence. Bises alpines toutes douces du matin.

La Baladine 14/11/2018 20:05

Je dirai même plus: l'absence fait l'amour plus vif! Merci ma belle des Alpes, bises de soir tout doux