Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

"De 1979 à aujourd'hui, ni oubli ni pardon à ceux qui ont cajolé l'islamisme" par Abnousse Shalmani.

"De 1979 à aujourd'hui, ni oubli ni pardon à ceux qui ont cajolé l'islamisme" par Abnousse Shalmani.

Face à la conjuration des aveugles volontaires, il est temps d'être fiers, sans l'ombre d'un doute, d'être les enfants terribles des Lumières.

"Je ne sais pas vous, mais moi, non seulement je n'ai pas oublié, mais je n'ai jamais pardonné. Depuis 1989. Je ne pardonne pas la lâche inertie de Lionel Jospin qui refusa alors de légiférer sur le voile islamique à l'école, comme je ne pardonne pas aux intellectuels de gauche de n'avoir pas - déjà - unanimement et sans réserve, apporté leur soutien à Salman Rushdie, cible d'une fatwa signée par l'ayatollah Khomeyni, au prétexte d'un délirant respect dû à la religion des nouveaux opprimés par défaut ; mais je ne pardonne pas davantage aux politiques de droite, Jacques Chirac en tête, de s'être pareillement bouché le nez devant le blasphème par crainte de heurter leur frange chrétienne et conservatrice. 

Je ne sais pas vous, mais moi, je refuse dorénavant les chartes de la laïcité, manifestations, minutes de silence, roses en pagaille, bougies aux fenêtres qui n'éclairent rien d'autre que le déni - quand ce n'est la pure compromission - dont se sont rendus coupables trop de politiques incultes et d'élus cyniques, d'universitaires activistes et de chercheurs charlatans, de journalistes propagandistes et de blogueurs pyromanes, de people en manque de like et d'artistes shootés à la bonne parole humaniste guimauve, de gauchistes en panne idéologique et d'extrême-droitistes en regain de racisme.  

Conjuration des aveugles volontaires

 

Je ne sais pas vous, mais moi, je suis atterrée par la paralysie générale et l'incapacité collective à contre-attaquer. Depuis le mois de septembre, l'ancien inspecteur général de l'Education nationale Jean-Pierre Obin, de gauche républicaine - auteur en 2004 du dorénavant fameux "rapport Obin", fameux pour avoir été enterré par la droite, par la gauche, par la conjuration des aveugles volontaires -, écume les médias pour, avec précision et intelligence, diriger la lumière sur la plaie purulente de l'islamisation rampante dans l'école de la République, en offrir une grille de lecture équilibrée - et néanmoins terrifiante. Dans le même temps paraît un sondage commandé par la Fondation Jean-Jaurès et Charlie Hebdo où nous découvrons que 29 % de l'ensemble des musulmans et 45 % de ceux de moins de 25 ans considèrent que l'islam n'est pas compatible avec les valeurs de la République. 

Je ne sais pas vous, mais moi, je trouve qu'il y a péril en la demeure. Et voilà que débute le procès historique et filmé des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, Clarissa Jean-Philippe, l'Hyper Casher. Pourquoi ne pas organiser fissa, pour tous les collégiens et lycéens de France, sans exception, sans dérogation, une projection quotidienne du procès - qui, aberration, ne sera accessible au public que dans cinquante ans ? Ainsi confrontés à la mécanique judiciaire, et, les yeux grands ouverts, à la réalité - celle de la mort violente, de l'antisémitisme meurtrier, de l'islamisme, qui est un totalitarisme -, ils pourraient, dans le cadre de rencontres et de débats, exercer leur esprit critique, pratiquer l'échange d'idées, jouer le jeu démocratique. Voilà exactement ce dont une jeunesse de plus en plus intolérante et de plus en plus sensible aux thèses faussement humanistes mais assurément séparatistes a besoin pour revenir dans le giron républicain.  

Spectacle pathétique d'une gauche qui s'est déjà fait avoir par les islamistes iraniens

Je ne sais pas vous, mais moi, j'ai honte devant le regard chargé de tristesse et d'incompréhension que mes parents, exilés iraniens, portent au spectacle pathétique d'une gauche qui, s'étant déjà fait avoir - et salement - par les islamistes iraniens, se refait avoir par les mêmes version 2.0. Si l'Histoire ne se répète pas, elle bégaie fortement.  

 

J'ai honte devant mes parents qui ont sacrifié leur confort bourgeois, leur jeunesse, leur ambition, pour offrir à leurs enfants la liberté de montrer leur cul aux curés de toutes les paroisses dans le pays où le rire n'est pas un péché. "Tant qu'à être dans la merde, autant l'être au pays de Victor Hugo", répétait souvent mon père. Il ne le dit plus qu'avec une pointe d'ironie.  

C'est la patrie d'Hugo qu'assassinent les islamistes. C'est mon pays qu'abîment et ensanglantent les barbus et les corbeaux de mon enfance, qui sont toujours là, qui me collent aux basques, qui ricanent dans le dos de notre rance tolérance, symptôme honteux de notre fatigue devant le poids de la liberté. "La liberté signifie la responsabilité. C'est pourquoi la plupart des hommes la craignent", avait pour habitude de dire George Bernard Shaw.  

Je ne sais pas vous, mais moi, j'ai la ferme intention de prendre mes responsabilités et de ne pas laisser mon pays et mon refuge devenir le terrain de jeu meurtrier d'islamistes décérébrés.  

Je ne sais pas vous, mais moi, je crois qu'il est temps d'être fiers, sans l'ombre d'un doute, d'être les enfants terribles des Lumières. "

Abnousse Shalmani (journaliste, réalisatrice et écrivain française, née à Téhéran)

 

NB : les commentaires ne sont pas ouverts en mode page. Néanmoins, ceux qui souhaitent ajouter leurs mots suite à un texte partagé peuvent me joindre via le formulaire contact.

Commentaire de Nikole :  RAGE vs DESESPOIR  Re-bonjour Balade. Je voulais déposer un com ici, mais je ne comprends pas pourquoi, tant qu'il n'y en pas déjà un, je ne peux pas "enquiller", donc je te le mets ici, et si tu peux, j'aimerais que tu le mettes à la suite de ton article, à la suite de ce texte qui me parle tant, et si bien. Il est à diffuser largement, comme d'autres, même si j'attends des actes de ceux qui ont les moyens politiques de faire quelque chose, en face de nos révoltes à nous, trop isolées, même si nous avons une conscience des choses. En ce moment, je ne parviens pas à raisonner, je ne suis qu'un cœur bouillonnant et meurtri. Je suis remplie de haine, oui, de haine et d'incompréhension devant ce déferlement du Mal.

 

Retour à l'accueil

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La Baladine

Acidulée mais pas acide, féministe assurée et romantique assumée, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog