Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Baladine

Histoires de vie, et de vies...

J'importunerai la liberté d'importuner

Sans relâche. Aussi longtemps qu'il me sera donné de vivre, et de parler. Pour toutes celles, de par le monde, qui n'ont pas la possibilité de le faire; qui souffrent, qui endurent, qui meurent, en silence. Je serai vibrante, je m'indignerai des indignités qui sont faites à mon sexe. Je ne serai jamais immobilisée dans un autre siècle, arc-boutée sur le vieux schéma patriarcal qui ne rassure que celles qui n'ont pas osé le remettre en question jusqu'au bout, et refusent de voir les dérives et menaces actuelles sur des acquis pas si solides.

Je n'ai jamais été dépendante du regard, du désir d'un homme pour me sentir exister en tant que femme. Pour désirer. Pour jouir. Pour autant, mon sexe ne me définit pas. Je refuse qu'il me limite. Je refuse de subir. Je refuse de plier. Mon désir n'appartient qu'à moi. Et quand il s'accorde à celui d'un Paladin qui m'aide à tisser mes ailes comme je l'aide à tisser les siennes, c'est comme l'explosion de dix mille soleils, et pour la  tristesse du post coïtum, veuillez donc aller voir ailleurs où nous ne sommes pas (c'est lui qui le dit, qui n'est ni un coq ni une femme)...

Je n'en reviens pas, au fond, qu'on en soit encore à discuter de la liberté du corps de la femme. Ici. En France. Qu'il s'en trouve pour dicter aux femmes ce qu'elles doivent faire, penser, ou comment elles doivent réagir quand elles sont agressées.

Parce que j'ai eu à me défendre par le passé, parce que je connais trop de femmes, de jeunes filles qui ont eu à le faire, et parfois (trop souvent) n'ont pas pu, je voudrais que ce soit épargné aux générations à venir.

Parce que leur dire qu'il leur suffit d'apprendre à se défendre, c'est leur signifier, paradoxalement, qu'elles peuvent à tout moment devenir des proies; c'est admettre définitivement l'inégalité entre les sexes, au profit d'un seul. Et parce que ça conduit tout droit à ÇA (cliquez svp sans hésiter, c'est édifiant), et que c'est inadmissible de cautionner ça, de quelque manière que ce soit.

Parce que si je suis d'accord pour ne pas censurer les œuvres d'art, je ne suis pas d'accord pour qu'on censure ma parole. Ni CELLE-CI (cliquez encore svp, c'est aussi beau que vrai), si talentueuse, si libre, si splendidement combative.

Parce qu'elles mentent effrontément, ces femmes d'un passé dépassé, cliquez pour voir, ça fait du bien!. N'hésitez pas!

Parce que contrairement à ce que ces femmes hors du temps nous assènent, le combat pour l'égalité n'est pas une guerre entre les sexes, mais la volonté sans faille d'un rapprochement infiniment libre et respectueux. 

J'attends un monde où les femmes pourront sans crainte et sans honte exprimer leur désir, il n'est manifestement pas pour demain, mais, déjà, toujours, j'ai une infinie reconnaissance pour tous les hommes qui, sans la moindre crainte, le moindre doute, marchent à leurs côtés vers ce monde-là.

Les autres, ma foi... Qu'elles aillent, qu'ils aillent au diable!

 

 

J'importunerai la liberté d'importuner

"Venez apprendre comment, nées compagnes de l’homme, vous êtes devenues son esclave; comment, tombées dans cet état abject, vous êtes parvenues à vous y plaire, à le regarder comme votre état naturel; comment enfin, dégradées de plus en plus par votre longue habitude de l’esclavage, vous en avez préféré les vices avilissants, mais commodes, aux vertus plus pénibles d’un être libre et respectable. (…)"  De l'éducation des femmes, Pierre Choderlos de Laclos.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

La Baladine

Acidulée mais pas acide, féministe assurée et romantique assumée, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pivoine 16/07/2018 13:07

Nos mères n'auraient pas dû nous éduquer pour que nous restions 'pures' jusqu'à un mariage hypothétique. Mais pour nous protéger des hommes. Des mains aux fesses, des insultes, des propositions de faire le sexe à 3 ou à plusieurs (l'un après l'autre de préférence ). Mais ma mère ne savait pas ou faisait peut être semblant de ne pas savoir que c'était ça ou des homosexuels (donc pas dangereux, sexuellement du moins)... c'est ça que j'ai revécu hier. Et l'abandon de mes amies correspondantes. Et tout ça pour du football c'est ridicule. Mais j'ai l'impression qu'on va de nouveau se moquer de nous... nous rabaisser. Je ne m'exprime pas à la télé. Je ne trouve plus de psy,.il y en a trop peu et plus pour les vieux. Ni les vieilles. Je ne veux pas t'ennuyer parce que tu es une charmante personne. Dommage que les bonnes personnes sont si loin.

Je ne généralise pas mais j'aurais mieux aimer rencontrer un homme ou une femme bien (quoiqu'elles soient parfois aussi terribles que les hommes, surtout quand on ne maîtrise pas encore les nouvelles technologies ), mais enfin, elles ont quand même du mal à violer.
Mais c'est sans doute moi qui me suis trompée...

La Baladine 17/07/2018 00:27

J'ai bien compris que la période n'était pas facile. On se défoule comme on peut, l'essentiel est d'échapper (ou du moins de tenter d'échapper) à ses démons...
J'aimerais être plus proche géographiquement. Mais ma boîte mail t'est ouverte, si le cœur t'en dit.
Je t'embrasse

Betty.... 01/02/2018 19:11

Bonsoir Baladine ...Je ne nie en aucun cas les délits de viol et autres agressions mais j'ai aussi tellement entendu de bêtises ces derniers temps , parfois frisant le ridicule , çà déborde de partout et n'importe comment et n'importe quoi , je t'avoue aussi que les descriptions de ces actes à la télé me mettent mal à l'aise , que tout cela se règle en justice , en cabinet de psy mais pas sur la place publique avec force détails ....J'ai du mal avec tout çà à la longue ....

La Baladine 04/02/2018 15:00

Je ne sais pas vraiment de quoi tu parles quand tu dis "ça"... Du coup c'est compliqué pour te répondre avec précision.
Je sais qu'à Arras, Catherine, 46 ans, a été abattue au fusil de chasse par son ex-compagnon sous les yeux de sa fille de 7 ans; en Haute-Loire, elle avait 43 ans, elle a été poignardée puis brûlée par son mari; à Limoux, elle avait aussi la quarantaine, un bambin de 18 mois, et son concubin l'a tabassée jusqu'à la mort, les voisins avaient l'habitude de l'entendre lui taper dessus; près de Paimbœuf, elle a 48 ans, son ex-compagnon l'a poignardée, le pronostic vital est engagé. C'était juste la semaine dernière, 4 meurtres en 7 jours...
Je ne cherche pas à donner une quelconque leçon. Je dis juste que tout ça se produit tous les jours, et que ce n'est pas la vie, c'est même le contraire. C'est la négation de la vie. Et pour aider celles qui peuvent s'en sortir encore, il faut parler, et mettre la honte du bon côté, celui des bourreaux.
Bisou

Lilas 31/01/2018 08:31

Je comprends le combat contre les inégalités, les sévices, les abus. Chacun devrait avoir droit à la reconnaissance, au respect.

Mon intégrité physique n'a été mise en péril qu'en de rares fois. Mais je ne suis pas une proie - sauf si, évidemment, je le veux bien. Je suis femme par comparaison aux hommes. Si cette différence de genre n'existait pas, je n'aurais pas besoin de me définir en tant que telle. Je suis femme donc, douce, conciliante, confidente, par nature ou par éducation, mais ça ne m'empêche pas d'agir, de penser en mon nom propre ou d'exprimer mes désirs.

La Baladine 04/02/2018 14:41

Le combat ne consiste qu'en ce que tu décris dans ta première phrase, tu sais!

Le reste est de l'ordre du ressenti, et quand je dis "je", je ne prétends pas parler au nom de toutes les femmes. En ce qui me concerne, je ne me définis que par rapport à moi-même. Et le jour où j'ai compris que je n'avais absolument pas besoin du pendant masculin pour exister en tant qu'être humain féminin, j'ai gagné une liberté et une force extraordinaires. Je suis femme, absolument pas par rapport à un homme, parfois douce parfois pas, toujours entière, toujours sincère, parfois conciliante, parfois cinglante, forte, toujours. Et heureuse de vivre avec un homme qui ne se définit pas par rapport à moi. Fort, lui aussi, d'une force différente, mais égale à la mienne.

Quant à "je ne suis pas une proie, sauf si je le veux bien", je ne suis pas sûre de comprendre, sauf si tu fais allusion à des jeux intimes librement consentis. Parce que je doute que tu éprouves le désir de te faire tripoter par le premier venu n'importe où n'importe quand?

Bisou

julie 30/01/2018 20:02

Mes doutes viennent se confirmer ce soir... c'est le mari d'Alexia son assassin :( Depuis l'avoir vu à la télé (tout au début) se forcer à pleurer, j'ai su que c'était lui... suis estomaquée, pauvres parents et famille qui lui ont fait confiance ces derniers mois :( :( :(
Bonsoir Baladine, tu vas bien ? :)
A propos de cet article... tout est bien dit, plus bas comme en haut :) mais quand-même, ta "virulence" envers Visiteuse, j'ai failli y croire.... :D T'en connais des expressions, tu manie le français avec une incroyable aisance... bravo !!!
Bonne soirée ! Amitiés.

La Baladine 04/02/2018 12:27

Oui :-( Et la jeune femme vient grossir le nombre de femmes assassinées par leur conjoint, ou ex... Le tueur ne l'attendait pas sur un parcours de jogging, mais dans son salon...

Je vais bien, mais j'ai très peu de temps, et je prends un retard bloggesque... exponentiel, tant pour répondre ici que pour lire et commenter ailleurs...

Hum, ma "virulence"... Quand on s'amuse à démolir mes convictions en les tournant en dérision, je réponds sur le même ton... Je n'ai toujours pas compris pourquoi ça surprend... Mais ça m'épate ;-) :-))
Bises marines sous le soleil, enfiiiin!!!

mansfield 29/01/2018 09:04

Un exposé très complet et explicite. Il est important que des mouvements rassurent les femmes et les confortent dans le respect d'elles-mêmes face à des hommes outrageants. Le plus difficile est d'accompagner les combats au quotidien, loin du groupe, dans l'intimité d'un couple, sur un lieu de travail, dans la rue, car personne ne hisse de banderole, la femme doit se débrouiller seule. Elle doit dépasser la honte, la peur, ou les contraintes d'une situation précaire. Le groupe doit être présent à côté, il doit être une force vers laquelle se tourner, son rôle est de soutenir effectivement. Des actes, davantage de maisons d'accueil ou d'écoute, devraient prendre le relais systématiquement. Bonne journée Baladine!

La Baladine 04/02/2018 12:17

Merci infiniment pour ce commentaire éclairé et empathique. Tu as absolument raison!
:-)

Betty... 26/01/2018 07:34

Liberté ....oui Chacune , Chacun fait ce qu'il veut de son corps ...Stop à la victimisation ....Je revendique ma Liberté celle de mon corps et de esprit qui d'ailleurs ne m'ont jamais été contesté et place au respect de Chacune et Chacun .....Merci Baladine ...

La Baladine 26/01/2018 23:14

Je t'avoue que j'ai un peu de mal avec cette notion de victimisation. Qu'est-ce que ça veut dire au juste? On est victime ou on ne l'est pas. Etre victime de violence est un fait, pas une vue de l'esprit. Ça ne fait pas pour autant de cette personne quelqu'un de faible. Et surtout, ça n'a rien de honteux. La honte, elle est pour les agresseurs, les frotteurs, les violents, les minables, les coupables.
Liberté, oui, égalité aussi. Différents, mais égaux. Un jour... D'ici là, soyons solidaires. Tous et toutes. :-)

Un homme 24/01/2018 17:49

Je ne comprends rien à ces hommes qui disent qu'ils ne vont plus oser draguer, sous prétexte qu'ils n'oseront plus le faire en forçant un peu les choses. Moi, dans ma vie, et depuis que je suis adolescent, dès que j'ai voulu séduire une femme, je lui ai donné de la force. Mon boulot d'homme, c'est de me débrouiller pour qu'une femme ose tout. Je vis de votre liberté. Je vis de ce que vous libérez. Il y a des tas d'hommes comme moi...
Et on ne se sent pas menacés par ce qu'il se passe en ce moment, tout simplement parce qu'on trouve savoureux que des types qui n'ont jamais rien compris à la puissance des femmes aillent un peu au piquet parler à leur bite et lui expliquer que ça ne se passe pas comme ça, à lui apprendre la vie.

La Baladine 25/01/2018 12:26

Merci pour le passage, ami de Fonelle, merci à tous ceux dont vous êtes la voix :-))

Le même 25/01/2018 07:12

Oups. Signé: un ami de Fonelle

marine D 23/01/2018 16:06

Elles ont peut-être la mémoire courte ces femmes, ou elles ont eu de la chance, beaucoup de femmes ont été offensées et même malmenées pour ne pas dire plus dans leur vie, alors nous on n'oubliera pas !
Félicitations aux hommes qui osent dire qu'ils sont avec nous solidaires ! J'en connais qui doivent se sentir mal à l'aise dans leurs petits souliers (vernis ou pas...), heureusement il y a des hommes en lesquels on peut avoir confiance...

La Baladine 24/01/2018 15:15

C'est étonnant, n'est-ce pas, quand on constate que parmi ces femmes il y en a qui ont été des phares qui nous parlaient d'égalité et de liberté pour toutes, et qui aujourd'hui ne parlent que d'elles-mêmes et condamnent les autres...
Merci, oui, aux hommes et aux femmes qui ont compris que nous vivons un moment crucial où il convient de s'unir plutôt que de se juger. Et merci à toi :-)

bizak 23/01/2018 15:33

Que dire de plus de ce que tu as écris sur ton billet et de tous les commentaires que j’ai parcourus avec chacun ses nuances et ses positions arrêtées. Le sujet est chaud, les langues se délient et à plus forte raison, il s’agit de revoir nos habitudes, nos machismes, nos idées arrêtées depuis que la terre tourne. Je crois pour ma part, que tout rapport humain doit être basé sur le respect et la mesure en toute chose, quelque soit le sexe, la couleur de la peau, le pays d’où l’on vient, la culture et j’en passe. Je ne peux accorder du crédit à ceux et celles qui font fi de toute considération envers l’autre, je n’ai nul besoin de dire que la bienséance voudrait qu’on se comporte comme des êtres civilisés et je ne manquerai pas d’ajouter que la femme a trop longtemps souffert du machisme des hommes pour ne pas remettre les choses à plat. Alors bon débat, pour remettre les pendules à l’heure sans accroc et sans faiblesse et surtout avec magnanimité et hauteur.
Bises galantes

La Baladine 24/01/2018 15:22

Cher poète, tu parles d'or, comme toujours, avec une élégance et une délicatesse exquises; et une grande lucidité.
Merci infiniment. Bises douces

Nikole 22/01/2018 09:32

Qu'ajouter à cet article, et aux commentaires ? Pas grand-chose, pour ma part, sinon que je partage bien des mots. Tendresses.

La Baladine 23/01/2018 08:02

Merci pour ces pensées tendres, elles réchauffent le cœur et l'âme :-)

Edmée De Xhavée 21/01/2018 11:32

C'est un thème que j'aborde peu, même s'il est impossible de l'éviter tout à fait. Je me refuse aux généralités (que j'ai faites autrefois, mais plus par amusement défaitiste que sincère opinion) telles que les hommes sont des salauds etc ... Et les femmes des victimes. Je connais pas mal d'hommes qui ont été manipulés, harcelés, dragués etc... Donc je ne veux pas non plus faire de camps hommes-femmes. Plutôt dominateurs abuseurs de pouvoir contre dominés et écrasés. Je pense qu'une femme fait ce qu'elle veut de son corps, oui, tout comme un homme. Je ne vois pas pourquoi l'infidélité féminine serait pire que les joyeux coups de canif dans le contrat des hommes : on sait aussi manier le canif quand on est une femme :) On devrait ficher la paix aux uns comme aux autres, laisser les gens vivre leurs vies, drames et arrangements comme ils l'entendent et surtout... sus aux dominateurs méprisants de la liberté de l'autre. Hommes ou femmes...

La Baladine 23/01/2018 07:56

Loin du but... On pédale, mais un peu à côté du pédalier, et forcément, ça n'avance pas très vite. Ce qui fait qu'on reste très loin d'un monde solidaire...

Bleck 22/01/2018 09:38

@ Baladine : "... loin du vélo..." ???

Bleck

Bleck 22/01/2018 09:36

Superbe commentaire, tu utilises parfaitement les mots que je ne savais pas trouver pour interpréter mon ressenti.

Bleck

La Baladine 21/01/2018 14:43

Clairement :-) je plussoie.
Hélas, nous sommes encore loin du vélo...

Visiteuse 19/01/2018 14:12

Wow, wow, wow, me voilà déchue et précipitée dans le camp du Mal et du mâle !
Pour l’esprit de fraternité je repasserai, c’est certain qu’il y a encore du taf; ne serait-ce que dialoguer entre personnes qui ne pensent pas pareil.

Parce qu’au delà des attaques personnelles pour disqualifier le fond, des diagonalisations et des contre-sens, vous n’avez pas démonté mon argumentaire ce qui est dommage, cela aurait permis d’élever peut-être le niveau de réflexion.
Enfoncer des portes ouvertes et balancer des tartes à la crème ne sont pas très exactement ce que j’espérais de votre talent.

Le sens d’un blog c’est donc de bloguer en rond en ayant toujours la même vue depuis son balcon. Soit.

Maintenant que la majorité applaudisse ce concours international de la souffrance féminine ne m’empêchera pas de trouver tout ce fanatisme (je ne dis pas hystérisme ce serait phallocrate) ridicule.
Ni de trouver triste que les médias donnent tribune à des petits parleurs en majuscules qui s’imaginent penser en grand, alors qu’ils ne sont rien d’autre que des consommateurs d'idéologies de supermarché.

Je poursuis donc ma route avec chagrin mais néanmoins beaucoup d’entrain pour retrouver mon petit monde étroit hors des sentiers battus bloguesques ;
Adieu, sans rancune et bonne Lutte…

La Baladine 20/01/2018 14:35

C'est vous qui voyez des camps là où je n'en vois aucun et inventez votre propre sectarisme. Vous en avez le droit, j'ai celui de ne pas plussoyer. Votre monde est bien moins enclin à la discussion que le mien.
Je n'ai pas besoin de démonter ce que vous appelez argumentaire, vous enfilez allègrement les clichés stéréotypés (pléonasme, oui, c'est volontaire) et les assénez comme la panacée. C'est tellement simple.
Mon balcon n'a pas la même vue que la vôtre, c'est un fait, si vous trouvez que la mienne discrédite la vôtre, c'est que vous avez un problème avec. Je n'en ai aucun en ce qui me concerne.

Vous trouvez que je tourne en rond? Quand je relis vos commentaires sur ce même sujet, j'ai bien du mal à voir en quoi vous avez évolué. je vous suggère d'épouser la cause animale, tout le monde ne peut défendre sans doute la même chapelle.

Pour le reste, je vous renvoie vos petits "compliments" pré-fabriqués ;-) Le fond de cette histoire, voyez-vous, c'est que les femmes libres n'ont pas besoin de se faire frôler, tâter, tripoter, lécher ou déshabiller du regard par le premier venu pour se sentir femmes, séduisantes, individus à part entière. Et je plains celles qui en sont encore là.


Vous pourrez remarquer que je ne vous ai pas envoyée au diable, vauvert ou rouge feu, certaine que j'étais que vous iriez toute seule. :-)

Pascal 19/01/2018 10:03

Femme Homme
comment pourrions nous évoluer
si notre priorité n'est pas d'aider l'autre
à se réaliser et à être heureux

La Baladine 20/01/2018 10:29

Tu poses là une question très simple, et très juste. La solution pourrait être simple aussi, elle est dans ta question, "aider l'autre à se réaliser"... Je me demande pourquoi tant de gens, femmes ou hommes, choisissent l'immobilisme. La peur? Mais de quoi? Qu'avons-nous à perdre à mieux vivre ensemble?

Xoulec 18/01/2018 21:52

Texte engagé, témoignage poignant, sujet (malheureusement)oh combien d'actualité. Je suis avec toi, avec vous. Le manque de respect des femmes commence déjà au collège. Je reprends mes garçons toutes les fois où ils emploient ce mot "meuf", en parlant d'une fille. J'abhorre ce "mot". Le respect commence par nommer une fille, une femme, convenablement.
Quant à cette tribune des cent femmes sur le "droit d'importuner", je n'en ai pas cru mes oreilles! J'ai pensé:" sur le plan de la c......., nous sommes déjà égaux"! Il n'y a pas à dire!

La Baladine 20/01/2018 10:52

La langage des ados... Tu sais, j'ai longtemps dit "mec" ou "gonze", et je n'en avais pas moins d'estime pour le sexe qui n'est pas le mien ;-) La jeunesse aime bien transgresser les codes; il me semble que le respect est plus dans le contenu global de la phrase et le comportement que dans un seul mot. Cela dit, je te comprends, on peut exiger un langage châtié chez soi ou en sa présence, tout en sachant bien que nos enfants se rattrapent entre eux ;-)
Pour ces 100 dames, elles sont représentatives de tout un pan de la sphère féminine, qui a si bien absorbé les codes patriarcaux que l'idée de s'en défaire est inimaginable. C'est triste à mon sens, surtout. Et terriblement réducteur. Mais elles n'empêcheront rien, parce que nous ne céderons rien!

J'aime bien ta conclusion :-D

Agathe 18/01/2018 20:01

Merci de votre réponse et de votre accueil sympa.
Oui, c’est le soutien (ou pas) masculin qui me manque.

La Baladine 19/01/2018 15:05

:-)

jamadrou 18/01/2018 18:00

La Baladine j'ai lu votre texte
Visiteuse j'ai lu votre commentaire: j'aurais voulu l'avoir écrit, j'y vois le reflet de beaucoup de mes réflexions.
Merci à vous deux, chaque jour j'avance.

La Baladine 18/01/2018 19:41

Dans ce cas, vous lirez ma réponse à son comm. :-)

Visiteuse 18/01/2018 17:32

Je sens que vous allez m’envoyer au diable mais il ne faut pas tout mélanger.
L’égalité n’a pas grand-chose à voir dans cette campagne hypocondriaque.

Il y aura toujours hélas dans la population globale un pourcentage de pervers, de criminels dont la cible reste évidemment des personnes plus faibles qu’eux. Ils sont nés comme cela : crétins et malfaisants.
On les retrouve donc statistiquement dans tous les milieux sociaux.

Apprendre à s’en protéger, s’en défendre est plutôt sensé, plutôt que de compter sur une « purification » mentale universelle.

Le fond du problème guère évoqué, c’est le système judiciaire français laxiste en la matière et les sanctions si légères pour le violeur, le harceleur, le cogneur, le fou furieux assassin…
La mauvaise drague, la goujaterie, les sifflements, même certains gestes déplacés, autant d’hommages lourdauds rendus à la féminité ne sont que billevesées.

Pour moi la seule égalité qui vaille c’est dans les textes dont l’article 1er fondamental de la Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948, : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »

Pour le reste, c'est-à-dire le « rapprochement infiniment libre et respectueux », dites-vous que tous vos lecteurs et lectrices le pratiquent (enfin j’imagine) dont moi (c’est certain !); et c’est normal, nous sommes des personnes sensibles, éduquées, intelligentes ou à défaut, bien au dessus du degré de connerie moyenne autorisée.

Pour en revenir à l’égalité paritaire dans l’entreprise, elle est à travailler c’est certain, d’ailleurs les « Queer et gender » ont pleins d’idées sur la question identitaire sexuelle.

En revanche, je m’insurge absolument devant le concept gauchiste d’égalité mathématique.
Il y a des inégalités que les lois humaines ne pourront jamais corriger car ce sont des inégalités inhérentes à la vie, à la nature.
Inégalité de talent,
Inégalité physique,
Inégalité intellectuelle,
Inégalité de lignée,
Inégalité de destin …

Evidemment, si toutes les très belles femmes étaient bêtes et méchantes, cela serait moins dur pour les moches. Si tous les champions étaient idiots et impuissants, ce serait supportable pour les autres. Et si un smicard pouvait recevoir le salaire de son PDG, ce serait encourageant pour les Rmistes.

Pour finir avec ce pavé intrusif, en ce qui me concerne, dans la hiérarchie des injustices à combattre et des valeurs à développer cela reste les enfants et les animaux. Eux ne peuvent pas en cas de maltraitance prendre leur baluchon et dire « Je pars » ou « je porte plainte ».
Ils se recroquevillent et c’est tout, avant d’atterrir parfois dans la rubrique des chiens écrasés de ces chers médias…

La Baladine 18/01/2018 19:39

Cette réponse est à la fois caricaturale et simpliste. Elle me pousse à penser:
a/ que vous avez suivi tout ceci comme vous aviez suivi la soi-disant censure appliquée à la chanson de Perret, d'un œil distrait.
b/ vous n'avez pas saisi le sens de ce billet
c/ les deux à la fois.

Je vais répondre point par point:
Savoir que la criminalité existera toujours n'empêche pas de lutter contre. Je vous laisse le terme de purification, qui n'engage que vous et dont la notion n'apparaît nulle part dans mes propos, sauf interprétation extensive malveillante.

C'est la même graine qui va de la goujaterie au pire. Le système judiciaire est certes à améliorer, ça ne justifie pas que le premier imbécile venu vienne me mettre une main au cul.

La déclaration des droits de l'homme est une belle chose, il y a encore du taf avant qu'elle ne soit appliquée.

Des lignes qui suivent je ne sais le degré de lecture qui convient, mais quoiqu'il en soit, mes lecteurs ne résument pas l'humanité, loin s'en faut. Votre monde me semble soudain un rien étroit...

Je ne vois pas ce que la question de l'identité sexuelle vient faire dans la parité au travail et l'égalité salariale, à moins que vous ne mesuriez les compétences à cette aune, ce qui m'étonne un peu. Pour le coup, votre réflexion a un drôle de relent...

Le paragraphe sur l'inégalité est une démonstration de dérision basique. Si ça vous éclate, grand bien vous fasse.

Mettre sur le même pied l'enfant et l'animal... Chacun son truc, mais ma fille est autrement plus importante dans ma vie que mon chien.

A la rubrique évoquée, n'oubliez d'ajouter les 123 femmes mortes sous les coups d'un compagnon, ou ex.

















Pivoine 18/01/2018 16:19

Eh bien on a un cas tout frais... une jeune fille liégeoise a été amenée ... Après une soirée à Bruxelles dans un appartement liégeois où plusieurs types l'ont violée. Deux d'entre eux ont été arrêtés on en recherche trois autres. L 'avocat des agresseurs va plaider le consentement.
Ce bon vieux consentement.
Le jour où l'on ne parlera plus de 'consentement '...
On aura déjà fait des progrès.
Je crois qu' il y a toujours du travail et la législation doit être plus stricte... Je ne sais pas tout de l'affaire je vais chercher mais enfin je n ai pas rêvé...

La Baladine 26/01/2018 07:19

C'est à la fois tragique, et insupportablement banal. Et si on écoute certain.e.s, il faudrait se contenter de secouer la tête tristement en soupirant "that's life!". Alors que c'est la négation de la vie.
Ici, en France, tout un pan de la société française, perclus de stéréotypes, refuse de reconnaître le viol en tant que tel.
"Pour 4 Français sur 10, la responsabilité d'un violeur est atténuée si la victime a une attitude "provocante". Et lorsque celle-ci a une tenue jugée "trop sexy", ils sont près de 3 Français sur 10 à trouver des excuses si ce n'est une justification au crime.
De même, 19% des sondés reconnaissent qu'il leur arrive d'interpréter le refus d'une femme de s'adonner à une relation sexuelle comme un consentement non avoué. Tout aussi grave, 24% d'entre eux méconnaissent la loi en pensant qu'une fellation forcée ne rentre pas dans la définition du viol. Il existe bel et bien en France une "culture du viol": les coupables ont un sentiment d'impunité, tandis que les victimes culpabilisent." source L'Express

Pivoine 18/01/2018 16:45

Après vérification elle a été séquestrée à Charleroi.
L'enquête suit son cours...
La rtbf présente les faits au conditionnel.
Les agresseurs ont un casier judiciaire et l'un d'eux est sorti de prison il y a trois mois.
C est un fait divers car évidemment ce ne sont pas des stars.
Mais le mot insupportable a bien été lâché...
En plein J.T. à une heure de grande écoute...
'Consentement'.
Ce mot lui-même est criminel.

Andiamo 18/01/2018 11:13

Marie Trintignant ne chantera plus jamais, Bernard Cantat remonte sur scène, rien n'a changé on tourne en rond...

La Baladine 18/01/2018 12:04

Rien ne change en un jour ni même en quelques mois, mais j'ai la conviction qu'un vrai virage est amorcé. Reste que la route sera longue, et semée d'embûches. On ne se défait pas d'un coup d'épaules de 10 000 ans d'un joug que tout le monde a fini par trouver naturel, même celles qui y sont assujetties.
Bises optimistes

Bleck 18/01/2018 08:31

J'ai écouté différentes choses, je t'ai lue, j'ai cliqué, j'ai relu et je ne sais plus qu'en penser, voilà.
Beaucoup trop d'individus vivent des choses très moches et je les plains sincèrement, au secours.
Et je ne souhaite à personne d'aller au diable.

Bleck

La Baladine 18/01/2018 12:00

Tu sais, "aller au diable" n'est qu'une expression (très exactement "aller au diable vauvert") qui a toute une histoire n'ayant rien à voir au départ avec un quelconque enfer, vauvert signifiant vallée verte. Elle n'a pas d'autre but quoi qu'il en soit que de signifier un congé, brutal, certes, mais pas méchant ;-)
Quant au reste, ne souhaites-tu pas à la femme que tu aimes la même liberté dans tous les instants de sa vie que celle que réclame Leïla Slimani, celle que je réclame, que Céleste et toutes les autres réclament?
Quelque chose me dit que oui :-)

Dédé 18/01/2018 08:17

Coucou madame-avec-le-fort-caractère! ;-) Avec toi je m'insurge et je me révolte de toutes ces conneries que je lis à longueur de journée sur ces femmes qui ne comprennent pas les femmes. Et qui leur enlève leur dignité... indigne!
En Suisse, un politicien bien en vu, avec des idées bien arrêtées sur la famille et sur le couple est en train de tomber... car ce monsieur est un harceleur. Pas encore jugé mais les langues se délient. Cependant, une seule plainte a été déposée contre lui. Les autres victimes ne parlent que de manière anonyme, car elles ont peur de se faire connaître et de se faire juger. Elle est belle la démocratie...patriarcale.
Les victimes n'osent parler à visage découvert...et pourtant, elles n'ont pas de voile sur la tête comme dans d'autres pays. Et pourtant, oui, on est au 21ème siècle.

Bises alpines tempétueuses.

La Baladine 18/01/2018 11:52

Ici aussi ça souffle et ça pleut, mais il fait chaud dans mon cœur!
Le voile, la nudité, la mini jupe, l'épilation, le poids, les cheveux blancs , etc c'est toujours le corps des femmes qui est remis en question, toujours le corps des femmes sommé de répondre à des critères qui nous sont imposés depuis... pfff!
Il est temps d'envoyer tout ça valser ;-)
Bises d'accalmie maritime

Coumarine 17/01/2018 23:16

c'est un texte fort que tu nous partages là, et ce qui ne gâte rien, très bien écrit!
Merci à toi!

La Baladine 18/01/2018 11:39

Chère Coumarine ça me touche énormément que tu sois venue jusqu'ici et que tu aies pris la peine de poser un commentaire.
Si cette lecture t'a procuré un peu de plaisir, j'en suis heureuse.
Bisou

Antiblues 17/01/2018 21:26

Je marche à vos côtés depuis l'adolescence ! Ca m'a toujours paru une évidence ...
Et pour ce qui est de la limite, je m'en suis simplement tenu à "quand c'est non, c'est non" . J'aime bien mettre les points sur les i. car les mots ou les attitudes équivoques peuvent entrainer tant de difficultés ! ;) Et tant pis si des regrets surgissent plus tard...
Sur un mode plus léger il me revient les paroles d'une chanson drôle du film "vive les femmes" 1984 : Dites, ça vous dirait ... "
"Dites, ça vous dirait d'aller tirer un p'tit coup avec moi à l'hôtel ?
- Ça va pas, non ?
- Bon, j'insiste pas, ha
- Pas possible, il va faire toute la plage !
- Waouh ! Gentille, la p'tite, et hop là !
- A la longue, ça risque de marcher ! C'est p't-être une affaire, ce type. Ah, j' suis conne de pas avoir accepté. Et c'est l'autre grosse vache qui va se faire sauter ? Ah ! la salope !
- Hop là !
- Hum, j' suis conne de pas avoir accepté..."
C'est ... comment dit-on, déjà ... entre adultes consentants ! :)

La Baladine 18/01/2018 11:37

Merci pour le clin d'œil, une giclée d'humour à la Reiser, ça fait toujours du bien :-D

Je lis tes premières phrases, qui me disent que tu fais partie de ces hommes qui aiment les femmes pour ce qu'elles sont. Merci à toi :-)

Pierre 17/01/2018 21:17

J'ai lu beaucoup d'articles sur les suites de l'affaire Wenstein, constatant non sans étonnement les fortes résistances envers la libération de la parole des femmes. Le pire c'est qu'elles sont exprimées sans gêne ni honte ! Si beaucoup d'hommes cherchent à minimiser ou ridiculiser ce qui est en train de se passer, c'est relativement logique puisqu'ils ne tiennent pas à perdre les avantages qu'ils se sont arrogés. Par contre, que des femmes se désolidarisent de leurs consoeurs est plus surprenant.
Lorsque j'ai entendu parler des prises de position de la tribune signée par Deneuve, je me suis dit qu'elle devenait gâteuse...

Merci pour ces textes que tu proposes et bravo pour ce que tu exprimes :)

La Baladine 18/01/2018 11:30

C'est difficile de porter un jugement; bien sûr cette tribune où un minimum d'empathie brille par son absence est décevante (même si, je le répète, ce qui est dit sur l'art est plutôt sensé). Ces femmes, pour beaucoup, font partie d'une génération qui s'est battue pour la contraception, l'avortement, qui aboutissent tout naturellement à une liberté sexuelle. Mais j'ai le sentiment qu'elles se sont arrêtées là, et se sont arrangées du reste. C'est leur droit le plus absolu, mais ça ne regarde qu'elles. Quand on voit toutes les dérives verbales qui ont suivi, en plus, on comprend la vivacité des réactions.
Bon, Deneuve a fini par faire preuve d'une certaine empathie... a posteriori. Elle aurait pu y penser avant.

K 17/01/2018 20:45

Tout ceci est à la fois bien dit, très digne ef admirable. Bravo, merci.

Pierre 20/01/2018 23:42

C'est exactement ça : beaucoup d'entre nous (je m'y inclus) sont "conditionnés" insidieusement à porter un regard genré. La meilleure façon d'en sortir c'est d'être vigilant afin de le débusquer à chaque fois qu'on se rend compte que ce conditionnement opère. C'est pourquoi je trouve « triste », oui, celles et ceux qui s'arc-boutent à des réflexes archaïques bien ancrés. Mais en effet, chacun est libre de penser ce qu'il veut... tant qu'il n'empiète pas sur la liberté des autres. Or on sait combien ces limites entre libertés opposées sont difficiles à positionner et sujettes à débats.

La Baladine 20/01/2018 11:15

@ Pierre, on clique tous sur le mauvais bouton au moins une fois, cet espace est mal foutu ;-)

Je crois que ces femmes sont des victimes qui s'ignorent, ou veulent délibérément s'ignorer. Elles ont totalement endossé la panoplie qu'on leur a assignée depuis... des siècles et des siècles, et s'en arrangent. Elles sont tout sauf libres, prisonnières du regard masculin. On peut trouver ça révoltant, ou triste. Ce qui me révolte, c'est leur volonté de nier cette liberté aux autres.
Tu vois, je juge aussi... Comment faire autrement? Mais j'essaie quand même de comprendre. Et je sais que tu en fais autant. :-)

Pierre 20/01/2018 10:58

Oups... ma réponse faisait évidemment suite à l'échange situé juste au dessus ;)

Pierre 18/01/2018 18:46

Tu as raison, je n'aurais pas dû porter de jugement en ne me fiant qu'à l'écume visible. Je ne sais rien - ou presque - des raisons qui ont poussé ces 100 femmes à signer leur tribune. Chacune a pu se sentir gênée par un mouvement qui paraissait univoque et manifester leur désaccord était tout à fait légitime. D'ailleurs leur tribune a relancé le débat et rien que pour ça c'était une bonne chose :)

Et je suis d'accord sur ce qui est dit de l'art.

La Baladine 18/01/2018 11:23

C'est moi qui vous remercie d'être venu jusqu'ici. Bienvenue :-)

Agathe 17/01/2018 19:17

Merci pour votre vigueur ! Merci pour ce billet.
Je me demande encore pourquoi les signataires de l'article publié dans Le Monde ont cru devoir défendre ces pauvres hommes accablés par ces terribles féministes ! Mais où sont les hommes ? Trop timides pour écrire et parler ? Qu'ils prennent la parole bon sang !

Agathe 18/01/2018 19:56

Merci Pierre d’être solidaire, cela ne me surprend pas.
J’avais l’impression que les hommes attendaient gentiment que les femmes se calment, ou se castagnent... Mais que pas un seul n’avait envie de donner son opinion, calme ou pas... Mais qu’on les entendent ou les lisent sur ce sujet !

La Baladine 18/01/2018 13:44

@ Pierre
Je pense (mais je peux me tromper) que si Agathe déplore le silence masculin, c'est parce qu'il donne du grain à moudre à celzéceux qui cherchent à dénoncer une guerre des sexes.
Ta parole est aussi importante que la nôtre. C'est aussi le sens de ce vers quoi nous tendons.
Bise égalitaire

Pierre 17/01/2018 21:31

Tentative de réponse à Agathe (de la part d'un homme qui ne s'exprime pas beaucoup sur le sujet bien qu'il s'y intéresse de près) : personnellement je reste discret parce que je ne me sens pas être "légitime" pour parler de ce qu'une femme peut ressentir. Que valent les mots de celui qui parle avec sa tête face à ceux de celles qui parlent avec leurs tripes ? Les femmes ne sont-elles pas les mieux placées pour dire ce qui les tourmente ? Bien sûr je suis solidaire, mais depuis ma position lointaine d'observateur. Et puis les femmes ne sont-elles pas assez autonomes pour prendre en main seules les éléments de leur libération ? Oui, mais comme vous le laissez entendre, Agathe, des femmes ont sans doute besoin d'entendre le soutien de leurs homologues masculins...

Pas simple que tout cela.

La Baladine 17/01/2018 19:30

Merci d'intervenir, et bienvenue dans cet espace librement égalitaire :-)
Ils sont peut-être encore un peu discrets, mais ils sont là, bel et bien là, n'en doutez pas! Un exemple? http://m.slate.fr/story/152585/balance-ton-porc-chasse-lhomme-ou-chasse-aux-femmes
Sororalement vôtre ;-)

celestine 17/01/2018 18:50

J'ai lu le témoignage d'une autre actrice, et je crois qu'elle a trouvé les mots mieux que moi.
Je lui laisse la parole.
http://www.huffingtonpost.fr/eva-darlan/catherine-christine-le-feminisme-n-a-jamais-tue-personne-le-machisme-tue-tous-les-jours_a_23333573/
Merci de redire les choses.

La Baladine 17/01/2018 19:27

Eva! Une autre flamboyante! Intelligente! Libre, elle! J'adore, merci à toi!