Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoires de vie, et de vies...

Frégate chalutière, suite... (version augmentée)

L'an dernier, j'écrivais ceci: "A bord des navires, autrefois, le temps se comptait avec un sablier. Les hommes de quart étaient chargés à tour de rôle de veiller au mouvement du sable, retournant l'instrument à l'instant exact, de jour comme de nuit, ni trop tôt, ni trop tard, puisque c'est de l'écoulement du temps que se déduisait la position du vaisseau. La confiance que chacun plaçait dans ces hommes était absolue. Si l'un d'entre eux négligeait sa mission, par paresse, pour abréger le quart, par inconscience ou par trahison, le navire et chaque personne à bord se trouvaient exposés aux plus grands dangers. Or, de perdu en mer à péri en mer..."

L'an dernier, je reprenais mot pour mot les paroles de celui qui fut Capitaine sur trois décennies : "La nouvelle équipe qui prendra le pouvoir devra travailler dans la meilleure entente avec l'équipe municipale, en étant à l'écoute de ses conseils, et en la traitant bien. C'est primordial pour que la vie à Trouville reste toujours aussi belle."   Il semble que le primordial se soit perdu dans la passation de pouvoir, de l'ordre de l'écoute et du sens des valeurs humaines. Car même s'il est évident que la mise en place d'une nouvelle organisation ne peut plaire à tout le monde, il était essentiel de préserver le souffle et l'intelligence collective qui régnaient. Tableau des effectifs ne signifie pas masse uniforme, et à considérer que le poste prévaut sur le sujet, on déconsidère la personne et on perd sa confiance. Un capitaine et son second qui négligent le respect dû à chacun, quels que soient son grade ou son poste, qui en usent comme de pions interchangeables au gré de leur fantasme d'organisation ou d'économie, mettent le cap direct sur la démotivation et/ou la zizanie. Notez que ça peut être un but, la zizanie, façon "diviser pour mieux régner". Notons.

Inutile de dire que la déception est immense. À la hauteur des attentes. Évidemment. Nous sommes nombreux à être tombés de la falaise. Bien plus de 21*.

 

*écart des voix au second tour des municipales

3 juillet 2020

L'histoire s'écrit, jour après jour. Les urnes ont parlé, une page se tourne. Exit les flibustiers, écumeurs et autres écornifleurs, la liste que j'appelais de mes vœux (hélas) est sortie victorieuse, à une contre trois (deux fois hélas). Fidèle à elle-même, à ses valeurs. Pas de poudre aux yeux, de promesse fallacieuse, d'union de la carpe et du lapin. La même ligne, droite, claire, franche, le même engagement, réel, tangible, si précieux pendant le confinement. La même volonté de rassembler, tous les âges, tous les milieux, tous les quartiers. Le sens du vivre ensemble et une vraie vision pour son vaisseau, qui n'élude aucune difficulté, mais n'oublie pas l'avenir. Surtout ne pas oublier l'avenir! 

C'est un jour singulier, aujourd'hui. Ce soir, l'équipage va consacrer sa capitaine, elle qui apporte la sincérité absolue qui lui est propre. Ne vous arrêtez pas à sa voix suave, à ses yeux clairs, à sa silhouette de danseuse. Cette femme a la souplesse du roseau, la résistance de l'acier trempé, le sens de l'équité, une parfaite connaissance de ce qu'elle entreprend et le souci du bien commun.  Cerise sur le gâteau, elle a su s'entourer d'une équipe solide, unie par un respect réciproque et une belle amitié, aux compétences multiples et complémentaires.

Tous, (même s'il est permis d'en douter) ils ont le pied agile du marin, une même passion pour les grands flots, un même bonheur à larguer les amarres, à voguer entre vert et bleu. Tout est bien, et tout commence. Ensemble ils vont inventer quelque chose, leur aventure, qui sera aussi la nôtre. Et chaque matelot, sur ce beau vaisseau qu'est notre Hôtel de Ville aura sa place, son rôle, et la reconnaissance qui lui est due. 

Reste à l'opposition, très minoritaire, à définir son action : proposer une émulation saine, dénuée de tout dogmatisme, dans l'intérêt de tous et de chacun, ou confire dans le fiel et la haine des élus. Auquel cas elle se condamnera au néant.

Nous sommes une majorité (trois fois hélas, oui, ça commence à faire beaucoup) à avoir placé notre confiance en cette belle équipe et sa capitaine courageuseGrâce à quoi la frégate chalutière conservera (croisons les doigts) son indépendance, sa singularité, ses pêcheurs, sa jeunesse, ses anciens, son tourisme, son goût pour les arts et les artistes, le vert de sa colline qui dégringole doucement sur le bleu de la mer... 

L'histoire s'écrit, les jours ont passé, il est temps de tourner la page (pas de la jeter à la corbeille)

 

 

Frégate chalutière, suite... (version augmentée)
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
La Baladine

Athée, laïque, féministe assurée et romantique assumée, universaliste, républicaine, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article
B
Google a changé blogspot. Je n'arrive plus à entrer dans mon propre blog. Et tout d'un coup, on m'ouvre une entrée. Je peux de nouveau écrire. Je passe te voir, lis ton billet. Mais ta dernière venue ici date de janvier. Comment vas-tu ? Entre temps, le monde est devenu étrange à vivre.
Répondre
L
Je suis heureuse que tu aies repris (retrouvé) ton blog. Le monde est étrange, oui, et bien sombre. Alors chaque passage, même rapide, même léger, est une douceur bienfaisante :-)
L
A toutes et tous : je passe, de loin en loin, pour remettre une vidéo disparue pour cause de droits d'auteur, et parfois changer une photo pour une plus "parlante". Je ne change jamais les mots. Je les pense tous comme au jour de leur écriture.
Je vous lis, vous commente parfois. Je ne vous oublie pas. Et vous souhaite une année 2021 pleine de cœur, d'énergie, de courage et de plaisirs, toutes sortes de plaisirs, des plus petits aux plus grands ♥
Répondre
A
Tu te fais bien rare par ici !
Alors, en attendant ton retour, BELLE ANNÉE 2021, assurément meilleure que celle que l'on vient de virer par-dessus bord !
Répondre
B
Baladine, ta venue fût un cadeau dans ce dimanche pluvieux, une petite éclaircie souriante dans la morosité ambiante. Je passe parfois en silence et je dois dire que tes mots nous manquent.
La mer est loin, j'écoute souvent en boucle son chant heureux sous le bleu .
Ecris-nous la tienne , grise ou souriante !
Douces pensées
Répondre
A
Moi aussi je passe régulièrement ici
Affectueuses pensées
Répondre
N
Comme d'autres qui s'étonnent, voire s'inquiètent de ton silence, j'espère que tu vas bien, et t'embrasse tendrement.
Répondre
A
pas de nouvelles - Bonnes nouvelles ??
j'espère que le dicton est juste....
N'empêche, je t'espère...
Bises
Répondre
A
Un petit coucou du 17 août!
J'espère que tout va bien !
Répondre
B
Une page se tourne,dis-tu et tu as bien de la chance de vivre dans cette belle ville où tout semble possible, rempli de bienveillance et d'humanité; presque un conte de fées !
Je vous souhaite à toutes et à tous un merveilleux voyage, riche de découvertes et de partages, d'échanges et de sérénité. Vous ouvrez la porte à d'autres possibles, le rêve !
Répondre
X
La mer est belle, on devine le souffle puissant. Fraichement accastillée, la frégate est en partance pour l'aventure.
Bonne mer, comme ils disent à Marseille !
Répondre
N
Pfff ... "du vert d'un espoir vivant " : relis-toi Nikrop !! :-)
Bon dimanche !
Répondre
N
Bravo à elle pour cette victoire !
Merci à toi pour les belles images et l'enthousiasme de tes mots.
Bon vent à toutes et tous pour ce voyage qui commence et qui vous mènera ensemble je l'espère dans le pays promis du bleu sans maux, et du vert d'un l'espoir vivant.
Répondre
L
Merci pour ces phrases chaleureuses. Merci pour la poésie.
Je t'embrasse ♥