Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoires de vie, et de vies...

"De tout, il resta trois choses"*

J'ai déposé ce poème, non de l'immense et intranquille Fernando Pessoa comme je le pensais mais d'un autre Fernando, brésilien celui-ci, (merci à K. pour sa vigilance) sur deux blogs aimés, et ne résiste pas au désir de vous le partager, à tous, toutes qui me faites le cadeau de me lire et de comprendre. Celles, ceux avec qui je sais que je peux converser les yeux dans les yeux, en toute conscience, avec qui je peux mettre les pieds dans le cœur plutôt que dans le plat, ces vraies rencontres dont certaines ne se sont pas encore concrétisées physiquement mais où se produit chaque fois cette mystérieuse, fabuleuse synchronicité des âmes... 

J'aime tant les intranquilles que vous êtes, vous toujours en recherche, toujours en soif de rencontre, de vérité, de profondeur, vous si éloigné des paillettes, des allures, du vernis, vous dont l'esprit critique n'est rejoint que par l'imagination débordante, vous les attentifs aux couleurs du monde et si soucieux des espaces intérieurs de chacun, vous les mélancoliques joyeux, les rêveurs si vivants... 

Je vous souhaite un Noël très doux, très tendre, très chaud, et plein ras bord d'harmonie.

Baisers tendres.

 

"De tout , il resta trois choses:
La cer­ti­tude que tout était
en train de com­men­cer,
la cer­ti­tude qu’il fal­lait conti­nuer,
la cer­ti­tude que cela serait inter­rompu avant que d’être ter­miné.
Faire de l’interruption, un nou­veau che­min,
faire de la chute, un pas de danse,
faire de la peur, un esca­lier,
du rêve, un pont,
de la recherche…
une rencontre."

*Fernando Sabino

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
La Baladine

Athée, laïque, féministe assurée et romantique assumée, universaliste, républicaine, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article
K
Ah, content de relire ici !
Merci pour la référence à ce grand et cher Pessoa.

Un point intranquille à soulever : ce texte ne semble pas de Pessoa, ce qui n'enlève rien à sa douce acuité :
http://encrier87.fr/textes/index.php?post/Rencontre-avec-Fernando-Pessoa-%3A-De-tout-%2C-il-resta-trois-choses-1747

Ceci dit, merci de la réponse collégiale -belle- que je lis avant mon propre petit mot, mais c'est marrant !
A bientôt j'espère ici-même !
Répondre
K
Merci.
Et sache que j'ai procédé pareillement, et ça m'a remis la puce à l'oreille, à la différence que mon exemplaire est bel et bien dans l'étagère ;-)
Allez, à l'an prochain.
L
Aïe! Les imprécisions du net... Une amie chère avait évoqué Pessoa, et comme je n'ai pu retrouver mon exemplaire du Livre de l'intranquillité (imprudemment prêté, comme tant d'ouvrages qui ont disparu de mes étagères), je me suis fiée à la mauvaise référence. Je corrige donc, et je note que tu auras trouvé le moyen d'être seul à avoir une réponse personnelle ;-)

Merci pour le compliment, j'ajoute une pépite toute lumineuse à celles qui me chauffent le cœur ♥
L
Une fois n'est pas coutume, je vais faire une réponse collégiale, pour vous dire merci, merci d'être venues, venus, après ma longue absence, d'avoir lu, compris, d'avoir déposé vos mots, vos ressentis sur mes mots à moi, comme autant de précieuses pépites qui se déposent au profond de mon cœur et y luisent doucement, chaudement, chacune semblable à un rayon de soleil.
Merci d'accueillir le dialogue. Sur les blogs, les réseaux ou ailleurs, il arrive que les émotions que nous tentons de décrire, de partager aient une petite influence sur seulement quelques individus, mais ces quelques individus nous le rendent bien. Vous me le rendez bien.
Je vous embrasse tendrement ♥
Répondre
X
A défaut de mettre les pieds dans le cœur, (il faut chausser petit) je trouve chez toi ce fameux baume, qui, à défaut d'être de Venise, n'en est pas moins bienfaisant...
Bonne fin d'année
Répondre
B
J'aime aussi infiniment Pessoa et je vous comprends de vous nourrir de ses mots si puissants.
Bonnes fêtes !
Répondre
N
Tes mots sont si beaux, légers et profonds.
On se sent vibrants et "importants" à te lire ... merci !
Et merci encore pour ce poème qui nous parle.
J'aimerais avoir ta bienveillance et ce ruissellement positif.
Tendres♥baisers.
Bon noël à vous ici.
Répondre
C
ne s'attacher qu'à l'essentiel et vibrer de tout son être vers l'universel, pour qu'il ne reste que ces trois choses !
bonnes fêtes de fin d'année
amitié
Répondre
A
Bien plus qu'un plaisir, c'est une joie profonde de te voir de retour chez toi, qui finalement est quelque peu « chez nous », car ton accueil est toujours chaleureux et empli de vibrations de vie.
La soif de vérité anime ton existence et ne sera étanchée qu'en continuant de la poursuivre tout au long de l'Aventure qui anime l'incessante recherche de l'Essentiel.
Je te souhaite un Noël délicat comme un cristal de neige qui en fondant rejoint la chaleur de nos âmes.
Répondre
G
Vos mots me touchent tout autant que ceux de Fernando Pessoa par leur sensibilité et leur vérité touchant à l’essentiel.
Pour tout cela, merci.
Doux Noël à vous, aussi doux qu’un châle de cashmere à la chaleureuse et tendre douceur.
Ghislaine
Répondre
J
Merci La Baladine pour ces mots qui me touchent là où ça fait du bien.
Douces fêtes
Répondre