Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoires de vie, et de vies...

Isabelle

 

Rarement prénom aura été aussi bien porté. Isabelle n'était pas que belle,  elle était un soleil, qui vous éclaboussait de sa lumière. Chaleureuse, volubile, gracieuse, rayonnante, joyeuse. Flamboyante. Généreuse. Femme de convictions, de courage, de panache même, qui a tenu tête au crabe qui l'a emportée, jusqu'au dernier jour. Avec le sourire. Avec des fous-rires. Avec son franc-parler, son goût de l'autre, ses exigences et son sens de la fête.

Isabelle était un soleil né avec le printemps, ce soleil s'est éteint à la naissance de  l'hiver. 

Les adieux sous la somptueuse coupole du crématorium, les accolades baignées d'émotion, ce regain de tendresse éperdue que provoquent le deuil et la houle du chagrin partagé.  C'est fou ce que la mort nous rapproche et nous brise en même temps, et nous rend vivants... et tendres... si tendres...

Isabelle absente au monde, et tellement présente dans les souvenirs, les souvenirs en vagues chaudes et consolantes... La souvenance, cette force qui seule est de taille à résister à la mort, et l'amour magnifié. 

Je regarde cette fin d'année, cette dernière semaine faite de sentiments si contrastés... En peu de jours, j'ai ri avec mes deux amours dans notre nid douillet, pleuré ma cousine avec et sans larmes, éprouvé une irrésistible tendresse, une immense peine, et tous ces mouvements du cœur ont trouvé leur chemin, se sont croisés, entrelacés. La vie, la vie... 

Ce dernier soir de l'année, je pense à Isabelle, aux siens, ceux qu'elle aimait, qu'elle a illuminés pour toujours, à ma fille, à ceux que j'aime, à vous tous, et je vais lever mon verre à l'absente, à l'éventail fabuleusement large des sentiments,  à l'immensité des possibilités humaines.

La vie est implacable, cruelle, mais d'une incroyable, infinie richesse. Et c'est bien en cela qu'elle vaut d'être vécue.

Je vous embrasse. A tout bientôt, en 2020.heart

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
La Baladine

Athée, laïque, féministe assurée et romantique assumée, universaliste, républicaine, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article
B
C'est bien parce qu'il y a toujours quelques instants pour sourire et gommer le "dur de vivre " que l'on peut encore croire au meilleur .
Je te souhaite une année sereine et lumineuse.
Répondre
L
Merci pour cette jolie pensée. Je te retourne ton souhait, et que cette année te soit poétique :-)
M
C'est si difficile de perdre un être cher et encore jeune...
Répondre
L
Elle était surtout de ces êtres qui semblent plus vivants que les autres, pas faits pour mourir...
:-)
G
Quel magnifique hommage rends tu à Isabelle la flamboyante ! Elle a sûrement reçu autant d'amour qu'elle en a donné, et son souvenir restera vivace chez ceux qui l'ont connue.
Ton message me touche jusqu'au fond de l'âme car il ravive en moi de douloureux moments.
Répondre
L
Chère Gwen, je sais que nous sommes tous et toutes touchés, dans notre chair ou via nos proches, par ce fléau. Je te vois si vive, si curieuse de tout et de tous, si présente au monde! Je t'aime beaucoup et t'admire encore plus. Je t'embrasse.
B
De très jolis mots pour une belle personne partie trop tôt , cela fait deux fois que je viens sans savoir comment approcher ton émouvant article , il me ramène à mon épreuve , mon cancer du sein en 2012 avec toute la panoplie des lourds traitements d'une année particulière dans ma vie , et je suis toujours dévastée quand j'apprend l'envol de sœurs de maux de seins qui combattent et succombent malgré tout ...
Répondre
L
Je comprends ma douce Betty, et je n'ai pas de mots. Par contre je t'enlace, t'embrasse, et même si ça reste virtuel, dans mon cœur c'est réel, et palpable. ♥♥♥
C
Très bel hommage, à la vie, à l'amitié, à l'amour.
A toutes ces choses qui font que même au fond du trou, on peut encore voir la lumière.
Belle année chère Sylvie
je t'embrasse

Céleste
Répondre
L
Tiens, je la mets là, sa chanson préférée d'entre toutes:
https://youtu.be/BAjmtZ7VA7I
"Aimer la vie, aimer les fleurs
Aimer les rires et les pleurs
Aimer le jour, aimer la nuit
Aimer le soleil et la pluie
Aimer l'hiver, aimer le vent
Aimer les villes et les champs
Aimer la mer, aimer le feu
Aimer la terre pour être heureux"
D
Il faut avoir du courage pour dire que la vie est belle dans ces circonstances tragiques. Mais tu as raison, même dans les pires moments, il y a des moments de tendresse et de chaleur. Et ce sont ces moments-là que nous devons toujours garder au chaud dans notre coeur. J'arrive un peu tard sur ce message qui me remplit d'émotion: Isabelle était assurément une belle personne qui brille maintenant là-haut, parmi d'autres étoiles. Elle guidera ton chemin, j'en suis sûre, pour cette nouvelle année. Bises alpines affectueuses.
Répondre
L
Tragiques, oui, car elle n'avait pas l'âge où la mort s'accepte comme un événement inéluctable.
Du courage, je ne sais pas... Une certaine force peut-être, comme il est dit plus bas par AlainX et Xoulec, née sans doute de l'épreuve quotidienne à laquelle je suis confrontée depuis... un bon paquet d'années maintenant.
Quelque chose de "cet été invincible au milieu de l'hiver" dont parle Camus (((Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin qu'il y avait en moi un été invincible)))
Bises marines tout aussi affectueuses.
B
Je t'embrasse.

Bleck
Répondre
L
J'adore les embrassades! Merci ♥♥♥
E
Oh quel beau texte plein de vie pour une belle femme qui l'a savourée au mieux, et illumine celle des autres parce qu'elle a été là. Le cours du temps est capricieux, nous prend et nous donne pour nous reprendre, mais c'est ainsi que nous avançons, avec des regrets, des manques, des remords, et la joie si grande d'être en vie, de savoir ce que rire et aimer et espérer et attendre et se réjouir signifient...

Bonne année
Répondre
L
C'est exactement ça. Merci chère Edmée ♥
Et très bonne année à toi.
J
Bel hommage à cette personne mise en lumière avec ce joli texte.
Une belle année 2020 parsemée de petits et grands bonheurs.
Répondre
L
Merci Jo, belle année à toi aussi, à ta jolie famille qui s'agrandit.
Je te lis toujours, même si je ne commente pas. Merci de t'être arrêtée ici.
:-)
X
Tu as cette façon si particulière de parler des gens que tu aimes, disparus ou pas, que tes textes en sont émouvants et me demandent un surcroît de temps, pour en digérer les mots.
Ce ne sont jamais des billets anodins, ils sont empreints d'une force sous-jacente.
La force de vie, qui nous fait nous dépasser, surmonter les épreuves, les deuils, aussi injustes qu'ils soient. Pour distiller cette force, il faut en être largement pourvu. Sinon, elle ne saurait en éclabousser les mots...

Je terminerai par cette phrase de François Cheng, qui, un jour, s'est présentée à moi, et m'a fait du bien....

"Ce que les morts laissent aux vivants, c'est un chagrin inconsolable, mais aussi un surcroit de devoir de vivre, d'accomplir la part de vie dont les morts ont dû apparemment se séparer, mais qui reste intacte."

Belle année à toi et aux tiens
Répondre
L
*universelles
L
Merci pour ces phrases qui me touchent. J'essaie juste de partager au mieux ces "choses" intimes que je pressens plus ou moins universel... avec l'espoir que mes mots trouveront preneurs, et peut-être même feront un peu de bien.
Merci aussi pour la phrase si belle et si vraie de ce délicat et saisissant poète de l'humain qu'est François Cheng.
Que l'année te soit douce ♥
P
Elle est belle, Isabelle. Sur la photo, dans tes yeux, et dans la manière dont tu en parles, qui fait que ta note est à peine triste. Toujours je ressors de mes lectures chez toi mieux que lorsque je suis arrivée. Merci pour tout ça. Très belle année à toi.
Répondre
L
C'est un cadeau très précieux que tu me fais là, en si peu de phrases...
Merci à toi, infiniment ♥
Et tous mes vœux pour que l'année te soit bonne et douce ainsi qu'à ceux pour qui tu as pris ta pause. Je croise les doigts et le cœur
G
Je vous embrasse du fond du coeur.
Douce année à venir.
Répondre
L
Merci :-)

Qu'elle vous soit pareillement belle et douce.
A
Cela pourra paraître curieux, mais je ressens dans tes propos tout un hymne à la vie, que tu résumes si bien à la fin.
La vie pourrait-elle accéder à son intensité s'il n'y avait l'absence, la disparition, non pas pour nous faire regretter, même si regret il y a, mais pour nous inviter à savourer toute la générosité qu'en même temps elle nous offre à chaque instant. Peut-être pour nous aider à réaliser que nous en mesurons difficilement la beauté, l'ampleur et la profondeur. Aveugles que nous sommes parfois quant à sa profusion, même au cœur des épreuves les plus difficiles et douloureuses.
Et, toi et moi, nous savons ce qu'il peut en être.
Je t'embrasse bien fort, de cette force qui anime les vrais vivants.
Répondre
L
Tu as lu exactement comme je l'ai pensé. :-)

"Il faut vivre pour consoler les morts d'être morts", dit quelque part un personnage de Flora Groult. Je le crois aussi. Et puis j'ai fait mienne depuis très longtemps cette phrase de Colette dans La Naissance du Jour: "La mort ne m'intéresse pas, la mienne non plus". Je ne connais de plus puissante déclaration de vie. Ça n'empêche pas le chagrin, la tristesse, le sel dans la gorge et l'eau dans les yeux... C'est à ça que sert le souvenir, qui nous fait porteurs de ces vies évanouies.
Au fond, ce n'est pas le bonheur qui donne son vrai prix à la vie...
Je t'embrasse tout pareil ♥
A
Je t'ai lue d'une traite, j'ai pensé à Etty, oui c'est à ses mots que les tiens m'ont fait penser..

"La détresse est grande, et pourtant, il m’arrive souvent, le soir, quand le jour écoulé a sombré derrière moi dans les profondeurs, de longer d’un pas souple les barbelés, et toujours je sens monter de mon cœur la même incantation: la vie est une chose merveilleuse et grande, après la guerre nous aurons à construire un monde entièrement nouveau et, à chaque nouvelle exaction, à chaque nouvelle cruauté, nous devrons opposer un petit supplément d’amour et de bonté à conquérir sur nous-mêmes. Nous avons le droit de souffrir, mais non de succomber à la souffrance. Et si nous survivons à cette époque indemne de corps et d’âme, d’âme surtout, sans amertume, sans haine, nous aurons aussi notre mot à dire après la guerre."

Je te souhaite une année douce, douce et tendre, "avec un rire et avec une larme" ♥
Répondre
L
Je ne m'aventurerais pas à comparer ma vie à celles de tous ces "sacrifiés" de l'Histoire, qu'elle soit passée ou actuelle. Il y a tant de souffrances, partout, et tant de joies, aussi... Mais je comprends son combat interne, son inaltérable passion pour la vie.
L'année sera pleine de rires et de larmes, immanquablement, comme les précédentes, et puissent-elles être encore très nombreuses!

Je te souhaite la même, ma douce ♥
N
Nos absentes, nos absents trouvent une place si présente dans nos coeurs. La vie, la vie, comme tu dis.
Quand on pense que la maladie et les colères de la nature ne suffisent pas aux hommes pour les tuer, qu'ils en rajoutent encore avec leur pouvoir de faire mal... Je te souhaite une bonne année, là où est la lumière, celle de la planète, et celle des humains. Tendresse.
Répondre
L
Seule la vie est passionnante. Et la mort en fait partie. Et je garde confiance en l'humain, tu le sais.
Je t'embrasse. Doux. Tendre.