Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Histoires de vie, et de vies...

Clair de lune

Clair de lune

Cette nuit, je me suis levée et j'ai ouvert les rideaux. Cette nuit, c'était comme un autre jour. C'est à cause de la lune. Cette nuit, la lune, c'était un autre soleil.

A 16 heures elle était là déjà, suspendue dans le ciel clair, penchée sur la terre comme un visage ami, pâle et diaphane. Peu à  peu, assez vite, elle a bu la lumière, dans le vent froid où rôdait l'hiver. Elle a bu les couleurs sanguines du crépuscule, une à une. Un moment, les nuages amoncelés l'ont masquée, noyant le jardin dans une ombre opaque. J'ai tiré les rideaux.

Et puis, dans la nuit, je me suis levée. Un lait bleuté baignait le paysage, la lune était une boule de nacre luminescente. Je l'ai regardée, songeant que depuis la nuit des temps, il s'est trouvé des femmes, des hommes pour la contempler ainsi. Depuis la nuit des temps, des femmes, des hommes ont rêvé, ri, parlé, étudié, dansé, écrit, chanté, pleuré, enfanté, tué, aimé, dormi dans sa lumière. Immuable, impavide, c'est la lune d'avant même que la vie ait commencé... La même pour eux et pour moi.

Le silence était absolu. A regarder cette lune qui semblait me regarder aussi, m'abriter, je me sentais bien, à la fois minuscule et démesurément humaine. Et sur cette infime parcelle de terre où je me trouvais, cette infime parcelle sans violence aucune, enfin sans violence, je me suis sentie infiniment présente au monde, charnelle, limpide, forte, légère, profonde. Et ça dure...

Cette nuit, la lune, c'était un autre soleil...  

  

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
La Baladine

Athée, laïque, féministe assurée et romantique assumée, universaliste, républicaine, rieuse et mélancolique, résolument positive dans un monde dépressif, agitatrice de cervelle, gratteuse infatigable du vernis des humains pour voir ce qu'il y a dessous... "Je ne fais effort ni pour qu'on m'aime ni pour qu'on me suive. J'écris pour que chacun fasse son compte." Jean Giono
Voir le profil de La Baladine sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
Etre en phase avec elle, c'est se trouver happée par sa lumière, c'est rayonner avec elle et dans le sillage du soleil, se réchauffer un peu en attendant le jour! Bravo pour cette belle analyse
Répondre
L
Je ne sais ce qu'il en est pour toi, mais moi, me sentir aussi petite et humaine sous la lune, ça me donne toutes les raisons du monde de désirer un brin de solidarité... surtout par les temps qui courent. :-)
P
Mais non, ce n'était pas la même lune. Celle là, c'était la tienne à toi toute seule. Merci de l'avoir partagée avec nous, tu racontes bien...
Répondre
L
Pas la même? Ma foi, à part le fait que les Américains y ont planté leur drapeau...
J'ai conscience de ma petitesse devant l'univers, tu sais...
L
Elle habite nos nuits, les illumine de cette lumière si particulière que tu rends si bien dans ta note.
Répondre
L
Merci douce Lilas. :-)
J
Magnifique... j'adore quand tu dépeins tes ressentis, c'est comme si on y était, bravo et merci Baladine !! Bonne journée.
Répondre
L
Elle est déjà dans ce que tu nous donnes à voir, et ce que tu donnes voir est mieux que joli!
Bon ouik à toi aussi :-))
J
Ma joliesse dépasserait les frontières comtoises ?
Bien, mais ça reste à prouver... :(
Bonne fin de semaine Baladine&Baladin :)
L
Merci jolie Julie! Bises marines
V
Mais qu’est-ce que c’est que ce schmilblick ? Pourquoi donc ma réponse apparaît-elle après le commentaire de @Heure bleue ?

Bon c’est pas grave.
Je réitère donc ici pour éviter toute confusion spatiale :
« Un fragment d'éternité, c'est ce qu'est chacun de nous »
Certes, c’est aussi ce que nous sommes, mais bien peu l’expérimente et si c’est le cas cela ne dure pas très longtemps. C’est bien normal on ne peut pas être à la fois dans le fleuve et sur la berge, même en étant éclairé par un rayon de lune.
Répondre
L
Parce que pour répondre à une réponse, il faut cliquer sur le "répondre" qui est à droite de ton pseudo, jamais au-dessous de ma réponse à moi... Je sais, ça n'a pas de bon sens, pas plus que la disposition des discussions, à lire à l'envers, autrement dit en commençant par le bas, mais la plateforme est ainsi faite...
Sinon, pour la rareté de l'expérience, je ne sais pas... C'est un sentiment qui m'habite intimement, mais sans doute n'est-il pas universel. Déjà faut-il prendre le temps...
A
La nuit dernière Dame Lune n'était point farouche à ce qu'il paraît! J'aime le texte et sa préciosité tout en naturel et émotions!
Répondre
L
Si "proche" , scintillante et amicale!
Merci. :-)
A
Joli ! La photo est de toi ? En y regardant de plus près j'y ai vu Tintin et sa clique... Pas toi ?
Répondre
L
Non non, je suis une piètre photographe. Je ne connais pas l'auteur, je l'aurais indiqué sinon ;-)
Pas de Tintin cette nuit-là, juste la lune et moi...
B
Cette même nuit, par cette même lune nous rentrions à la maison nos pas se pressaient parce qu'il faisait très froid quand tout à coup je me suis aperçu de la clarté... j'ai appelé ma belle et nous avons rendu hommage à la lune.

Bleck
Répondre
L
Tringlé comme des bêtes? Moi qui pensais que vous aviez médité en duo devant un cercle de bougies blanches et recueilli l'eau de lune... :-o
B
Oh non, attention nous n'avons pas tringlé comme des bêtes à la lueur de l'astre, non ! Oh non nous nous sommes étreints juste une minutes à regarder le spectacle et hop, dodo.

Bleck
L
Il n'y a pas mieux à faire à deux :-))
V
Cette description lunaire est sublime !

Vous avez vécu cette nuit là une harmonie cosmique; ajustée à l’ordre du monde, vous avez expérimenté la distension du temps, de celle où l’on n’est ni dans la nostalgie, ni dans l’espérance, mais simplement dans l’amour du temps présent.
Ce moment est un grain, un fragment d’éternité, presque indicible…

Je vous envie car pendant ce temps, je rêvais de bitcoins récupérés dans un photomaton : tu parles d’un rêve poétique !
Répondre
L
Merci
L'attention portée au présent est mon moteur. Je ne suis pas dénuée d'espérance, mais j'ignore la nostalgie.
Un fragment d'éternité, c'est ce qu'est chacun de nous. C'est pour ça que nous sommes précieux.
Ah les rêves! Ils nous emmènent dans des sphères bien étranges...
H
Avec la plus grande de mes petites filles, nous avons regardé la lune, elle était superbe, nous avons décidé en chœur que nous n'allions pas dormir, nous avons dormi comme des souches.
Répondre
V
« Un fragment d'éternité, c'est ce qu'est chacun de nous »
Certes c’est aussi ce que nous sommes, mais bien peu l’expérimente et si c’est le cas cela ne dure pas très longtemps. C’est bien normal on ne peut pas être à la fois dans le fleuve et sur la berge.
L
J'ai bien dormi avant, et après. Le réveil nocturne est inscrit dans mon corps depuis quelques années.
Merveille n'a pas fini de contempler les clairs de lune!
C
J'aime la lune et tu en parles tellement bien, avec des mots si bien choisis.
J'aime la lune parce que je me sens au fond de moi autant lunaire que solaire et que ton texte me rappelle combien l'appartenance au cosmos est une évidence pour moi, pour toi, pour tous les êtres qui ont la conscience éveillée.
Devant le vertige du vide, nos doigts s'agrippent aux douces aspérités des astres.
Et la mer de la Sérénité me conviendrait bien, ces temps-ci.
Je t'embrasse fort
¸¸.•*¨*• ☆
Répondre
L
Juste notre appartenance à l'univers. Nous ne sommes rien, et nous sommes tout. C'est ainsi que je reçois la vibration silencieuse de la lune, quand la voûte céleste (Céleste!) a une splendeur de cathédrale. Pas de dieu, mais un hasard qui nous rend plus infiniment plus responsables.
Baiser serein
X
La plénitude de la lune déteint sur toi et cela se voit.
Plus beau qu'un clair de lune à Maubeuge,ton texte est très poétique,doux à l'âme,comme peut l'être un rayon de lune.Enfin,comme on peut l'imaginer.
Répondre
L
Plénitude... C'est une des choses auxquelles j'aspire.
Merci, cher Xoulec, pour cette jolie définition. Quant au clair de lune à Maubeuge, rien ne le vaut, la chanson le dit... clairement!
;-)
P
La pleine lune m'a semblé parfois très belle, quand je rentre chez moi... En hiver et par temps beau et sec. Il y a des luminaires avec une curieuse couronne bleue et cela fait très très magique... Il paraîtrait qu'on dort plus mal les nuits de pleine lune, en tout cas, cette fois-ci, moi, je ne l'ai pas senti. Il y a des lunes magnifiques, rousses... Avec un halo et quand on distingue les "taches" ou les cratères, je ne sais pas trop .................... C'est un très beau texte en tout cas. Je comprends bien la sensation de la fin et je cherche quand j'ai pu l'éprouver pour la dernière fois. En ville, c'est plus difficile, car il y a beaucoup beaucoup de lumière artificielle.
Répondre
L
Il m'arrive de moins dormir, pas plus mal, juste moins. Ici, c'est la lumière qui m'a attirée. Et j'ai la chance d'avoir un jardin protégé des lumières artificielles, et de pouvoir profiter des ciels nocturnes.
D
Bonsoir. Je me suis aussi levée cette nuit et j'ai regardé par la fenêtre. C'était un spectacle merveilleux, avec cette neige et les montagnes qui se découpaient dans le ciel grâce à la luminosité de la lune. Et comme toi, je me suis dit que cette lune était extraordinaire et que certainement d'autres humains, tout comme moi, étaient en train de la contempler. Une lune un peu comme un trait d'union à la surface de la terre. Un moment de poésie, intense. Merci d'avoir écrit ce texte. Il est beau, baigné de cette blanche lumière. Bises alpines.
Répondre
L
https://www.youtube.com/watch?v=NlSFVDtbLGs
Ce soir c'est la "super lunes", mais les nuages ici sont trop épais...
Bises marines et très amicales
J
Je connais des personnes qui n'aiment pas la pleine lune. Elle leur tape sur les nerfs. Certains jardinent avec la lune, regardent le calendrier pour se couper les cheveux. Bref, ils sont sous son influence.
Mais la lune peut être apaisante, la preuve avec ton joli billet. Elle est mystérieuse mais je doute un peu de son pouvoir.
J'ai même rencontré des personnes qui pensaient que les voyages sur la lune étaient une imposture, un bobard des américains.
Répondre
L
C'est une théorie des complotistes, effectivement!
J'éprouve toujours un bien-être certain à contempler la lune. Je n'irais certes pas jusqu'à y prêter attention pour me couper les cheveux. Mais je suis bien placée (géographiquement s'entend) pour constater son influence sur les marées :-)
A
Luna...Ce mot dont la racine est « la lumineuse ».
La clarté dans la nuit.
Elle est celle qui reçoit sa lumière d'un autre, et nous la donne. Quel merveilleux symbole de nos interdépendances bénéfiques !
Être lumière pour quelqu'un et le voir dans ses yeux. Et si on ne le voit pas, c'est qu'on est peut-être éteint.
Il m'a toujours semblé que l'attirance pour la lune était un acte spirituel, c'est-à-dire nécessaire.
L'astre apaisant nous envoie des reflets du bonheur, au milieu de la nuit.

Merci pour ce très beau billet qui apaise le cœur.
Répondre
L
Je pense n'avoir pas besoin de t'expliquer à quel point ton commentaire me touche au plus profond.
Merci pour tes mots choisis, merci d'avoir tout compris.
P
Elle ne luis demandais pourtant pas la lune
juste de la lui décrocher
et la tête un peu dans la lune
il lui a offert une lune de miel. :-)
Répondre
L
Ah! Viser la lune, l'atteindre, la décrocher! Le rêve éternel... :-)
C
je relève cette phrase que tu écris:
" je me sentais bien, à la fois minuscule et démesurément humaine. "
C'est une sensation qu'on peut vivre dans ces moments étranges ou se passent devant nous, en nous quelque chose de l'infini de l'humanité!
Merci pour ce beau texte: il me parle fort
Répondre
L
Ce sentiment de faire partie d'un grand tout... c'est étrange, comme tu le soulignes, et presque grisant. Ces moments-là m'emplissent à la fois de force et de sérénité...
Merci d'avoir partagé ton sentiment
B
Comme c'est beau ce que tu décris La Baladine. Je te découvre des élans de poésie remplie de merveilles. Tes mots dessinent la lune comme un peintre ou poète qui s'extasie devant la splendeur de l’inébranlable,et lumineuse lune, astre aux effets paradisiaques et divins. Je ne sais où tu avais écrit que tu ne sais pas faire avec la poésie, et voilà que tu fais jaillir du fin fond de toi, ces mots ruisselant de beauté et de ravissement. Merci La Belladine. Mes bises poétesse
Répondre
L
:-)
B
Point besoin de vers ou de rime pour faire de la poésie, il suffit d'avoir des rêves et de comprendre le langage des forêts, des montagnes et surtout parler à la lune quand les yeux s'y accrochent une nuit blanche.
L
Tu me "confusionnes"... Je ne sais ni versifier ni rimer, j'essaie juste de trouver les bons mots, en bonne vieille prose.
Mais pareil compliment ne se refuse pas, je prends :-)
Bises marines (((et flattées)))
D
Parfois les clairs de lune sont aussi beau que les couchers ou levers de soleil. J'aime beaucoup ta photo. J'aime bien aussi ce vers quoi la lune te guide. La paix, la quiétu7d8e, voilà un peu ce qui nous manque sur cette terre. Il m'arrive aussi de planer face à l'éternelle beauté de cette nature si généreuse que nous devrions épargner.
Répondre
L
Ce n'est pas ma photo et je n'en connais pas l'auteur, sinon je l'aurais indiqué, elle illustrait un article sur la "super lune".
Mais oui, la nature est essentielle, et se trouver parfois, à l'occasion de tel ou tel phénomène, en symbiose avec elle, ça fait un bien fou.
N
Très beau récit, j'aime beaucoup !
Répondre
L
Merci, mais je vous saurai gré d'aller faire votre pub ailleurs qu'ici.
N
Un bien joli texte, agréable à lire. L'influence de la lune sur le sommeil est absolument incroyable. Moi, ça me teint éveillée et je n'apprécie pas du tout. Bonne fin de week-end.
Répondre
L
Les rares nuits où je dors peu sont souvent celles, je le constate après coup, celles de pleine lune. Mais ça ne me dérange pas outre mesure. Et là, la lumière était si vive!